Subscribe

Michel Cohen, le pédiatre français en vogue aux Etats-Unis

Dans la presse américaine, le pédiatre français Michel Cohen est présenté comme le défenseur d’un “parenting” déculpabilisant, antidote au perfectionnisme angoissé des New-Yorkais. En réaction à sa formation en France, où il trouve que l’on prescrit des médicaments à tout va, le docteur Cohen revendique une médecine douce peu interventionniste.

En moins de dix ans, le pédiatre Michel Cohen a transformé son petit cabinet de Tribeca en un véritable empire de la pédiatrie. Installé à New York depuis 1989, ce Français a d’abord exercé en tant que simple docteur de quartier. Endetté, il décide de mettre à profit ses connaissances et crée un groupe médical unique : Tribeca Pediatrics.

Le groupe joue de son image de marque à l’identité visuelle bien définie : il possède son propre logo, son slogan (“we care for your kids”) et les réceptionnistes portent tous un t-shirt bleu identique. Le design des cabinets, supervisé par Michel Cohen lui-même, tient davantage du loft que de l’hôpital. Les murs sont recouverts de papier peint rétro dans les salles d’examen, aux parquets et sofas minimalistes. “Une grande partie de notre succès est dû au fait que l’espace ne ressemble pas à un cabinet médical. Cela permet aux parents et aux enfants de se détendre”, assure Michel Cohen.

Dans les salles d’attente, les petits patientent en jouant avec des jouets en bois ou en savourant des bonbons bios. Niçois d’origine, Michel Cohen est connu pour recommander aux parents de se faire plaisir. Et il n’est pas en reste, lui qui vient d’ouvrir un restaurant méditerranéen à deux pas de son cabinet. D’après ce pédiatre épicurien, les femmes qui allaitent peuvent prendre un verre de vin de temps à autre, et il milite pour que les enfants goûtent très tôt tout ce que mangent les adultes.

A l’image de son lieu de travail, Michel Cohen ressemble plus à un designer qu’à un médecin : il déambule dans Tribeca avec lunettes de hipster et perfecto vintage déniché à Venice Beach. En l’espace de trente minutes dans les rues alentours, il fait la bise à une dizaine d’anciens clients. Il est aussi populaire parmi les célébrités du quartier – l’actrice Jennifer Connelly est une fan – mais précise qu’il évite d’être vu comme un médecin “people”. “Pas de traitement de faveur pour les stars.”

Des méthodes parfois controversées

Les méthodes de Michel Cohen, bien qu’appreciées de ses clients, ne font cependant pas l’unanimité. Interrogé par la journaliste américaine Pamela Druckerman dans son best-seller Bringing Up Bébé, pour essayer de comprendre pourquoi les nourrissons français dormaient mieux que leurs homologues américains, Michel Cohen se disait en faveur de “la pause”, une méthode simple selon laquelle il ne faut pas prendre son bébé dans les bras au moindre cri afin de lui apprendre à se rendormir tout seul.

Les médecins du groupe recommandent également aux parents de laisser leurs nouveau-nés pleurer seuls la nuit dès deux mois. Après trois ou quatre nuits infernales, le bébé dort en général dix à douze heures d’affilée. Un argument parfois difficile à entendre au pays de l’enfant-roi. “Il y a des critiques, mais nous avons le soutien de nombreux parents qui ont essayé la méthode”, assure Michel Cohen, sûr de son approche. Le réseau Tribeca Pediatrics comprend désormais douze satellites à New York, et l’expansion se poursuit avec deux nouveaux cabinets à Los Angeles cet automne et un à Harlem en décembre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related