Subscribe

Nicolas Sarkozy s’enrichit

L’Assemblée Nationale a voté le 30 octobre en faveur d’une augmentation de 140% du salaire du président de la République.  Une rétribution qui reste toutefois loin du traitement perçu par son homologue américain.

19 000 euros bruts mensuels par mois (environ 15 000 euros net). Voilà le nouveau salaire mensuel de Nicolas Sarkozy, fraîchement installé à l’Élysée. « Un traitement exclusif de toutes pensions, retraites, primes », ajoute Roger Karouchi, le secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement. Avant l’amendement gouvernemental, le président touchait (seulement) 7 700 euros bruts. Bien sûr, le salaire du président est synonyme d’argent de poche, car il bénéficie de nombreux privilèges.

La raison de cette augmentation : aligner le traitement du président sur celui des chefs d’État européens et du premier ministre français, l’homme politique le mieux payé de l’État avec un revenu exact de 18 690,70 euros bruts mensuels. Et Laurent Wauquiez, porte-parole du gouvernement, de remarquer que le nouveau salaire du président reste inférieur à celui de son prédécesseur, Jacques Chirac, qui bénéficiait de pensions de retraite. Mais Nicolas Sarkozy veut aussi instaurer la « transparence » : « Jusqu’à présent, le président de la République cumulait son salaire et sa retraite. Moi, je ne veux pas de ça. Il n’est pas question que ce soit moi qui fixe la rémunération du président de la République ». Cette dernière sera désormais fixée par la loi et la Cour des Comptes gérera l’Élysée. 

Les dépenses n’ont pas fini d’augmenter pour l’État français car les parlementaires ont également décidé de tripler la dotation de la présidence de la République, qui passe à environ 100 millions d’euros annuels. Justification : assumer le « fonctionnement et la rémunération des personnels mis à la disposition de la présidence de la République qui sont aujourd’hui pris en charge par les différents ministères ».

À l’heure où la moitié des Français gagne moins de 1 500 euros par mois, que la hausse du SMIC a été refusée en juillet dernier et que les Français sont préoccupés par leur pouvoir d’achat, cette décision du Parlement suscite de vives réactions dans l’opposition. « Insulte à la misère » pour le communiste Maxime Gremetz, ou encore mesure « scandaleuse » pour les députés de gauche qui ont pratiqué la politique de la chaise vide pendant le vote à l’Assemblée.

Outre-Atlantique, le débat doit sembler bien dérisoire. Le président des États-Unis gagne 342 495 euros par an et son vice-président 173 489 euros, depuis un accord de l’ancien président Bill Clinton en 2001. Le président et le Premier ministre disposent d’une résidence, d’une voiture de fonction, et d’un chauffeur. Les États-Unis ne doivent donc pas être choqués de cette majoration du salaire du président français quand son homologue américain touche près de 114 000 euros de plus par an.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related