Subscribe

Obamacare, une nouvelle ère

Bi-nationaux, détenteurs de la carte verte ou simples expatriés, tous sont concernés. Comme tous les résidents fiscaux présents depuis douze mois dans le pays, ils sont obligés de se protéger. Avec une assurance estampillée Obamacare s’entend.

Cette loi votée par le Congrès en 2010 est entrée en vigueur le 1er octobre 2013, il faut s’y soumettre.  Le “Patient Protection and Affordable Care Act” (PPACA), ou “loi pour la protection du patient et sur les soins abordables”, est pour le bien de tous. Elle universalise l’assurance maladie, permettant ainsi aux 47 millions d’Américains sans couverture sociale de se retrouver à l’abri. Quant aux récalcitrants, ils n’ont qu’à bien se tenir sous peine de se voir taxer. Voilà pour la théorie.

En réalité, la situation semble encore très floue et beaucoup de questions demeurent. Ainsi, comment expliquer que les fameuses pénalités vont parfois  s’avérer difficiles à appliquer. Comment  acheter un forfait sur le site officiel du gouvernement fédéral, alors que la plate-forme elle-même est encore en travaux ? Que dire à ces 5% d’assurés qui ont déjà reçu un avis de résiliation de leur compagnie au motif que leurs contrats ne respectaient pas les nouvelles dispositions ? Et ce, alors même que le président avait promis qu’ils allaient pouvoir le garder encore un an au moins. Que répondre plus spécifiquement aux Français pris en étau entre la nécessité d’être en règle et le souhait de conserver un lien avec l’Hexagone, via des structures comme la CFE, quand ils ne désirent pas tout simplement être bien remboursés avec des compagnies européennes.

Suite et fin de ce dossier sur l’assurance aux Etats-Unis pour les Français dans le numéro de février du magazine France-Amérique. Sur abonnement seulement.

Pour vous abonner, appelez-nous au 1-800-901-3731, envoyez un email à kwong@france-amerique.com ou cliquez ici.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *