Subscribe

Pascale Takvorian

Elle est née au Maroc, a passé son bac français en Côte d’Ivoire et son bac général en Malaisie ; elle a débuté sa vie professionnelle à Paris, mais c’est à New York qu’elle a réussi. Pascale Takvorian, le globe-trotter, a choisi la limousine pour continuer le voyage. De passage à New York, il y a 10 ans, la jeune femme à qui l’on proposait de racheter une entreprise de locations de limousines en faillite accepte de tenter l’aventure. Il est vrai que sa formation de comptable lui a permis d’analyser le bilan, que son goût pour les affaires l’avait conduite à 20 ans déjà à créer une première entreprise d’import-export d’objets de décoration fabriqués en Malaisie, qu’elle était sans attache, prête à s’investir totalement dans le projet. Ce qu’elle a fait.

« Pendant les huit premières années, je n’ai fait que cela au détriment bien sûr de ma vie privée », dit Pascale qui, dix ans après, affiche un honorable chiffre d’affaires de 4 millions de dollars, une flotte quadruplée de 45 voitures et des clients prestigieux, de l’ambassade de France auprès des Nations Unies à la Paramount. Il faut lire les témoignages sur www.arialimousine.com. On est bluffé ! Chantal Cauvin, consul adjointe loue le professionnalisme et l’efficacité et les autres abondent dans le même sens . On cherche ailleurs les raisons de la réussite. La limousine « streched » (jusqu’à 5 mètres) la faisait-elle gamberger depuis sa plus tendre enfance au point de mettre un tigre dans son moteur ? Que nenni ! Pascale Takvorian a les pieds sur terre, ayant hérité, du côté paternel, — la famille de son père d’origine arménienne a fui le pays pour s’installer au Maroc —, de la ténacité légendaire des émigrants.

Pour réussir dans ce monde compétitif des services à New York, la jeune femme a eu l’idée de se « spécialiser ». La plupart de ses « chauffeurs » — une trentaine au total — sont francophones. « Nous acceptons les réservations en français et offrons donc cette alternative francophone. Si la femme d’un homme politique français est de passage et loue une voiture à la journée, elle apprécie d’avoir un conducteur qui parle sa langue. Aria, c’est le service en plus » explique Pascale dont la société installée près d’ Astoria affiche des prix dans la moyenne : $65 l’heure pour une sedan, $95 pour une stretched et entre $120 et $150 pour un parcours à l’aéroport. Rien de plus normal lorsque l’on sait que le mot limousine vient du Limousin : Charles Jeantaud né à Limoges invente les premières carrosseries à la fin du 18e, très vites comparées à ces longs manteaux de pluie que l’on porte dans la région ! En soignant ses relations publiques, Pascale Takvorian a accumulé des « comptes » prestigieux . « Nous sommes le service de limousine exclusif de Sofitel, de la banque Natixis, de la Paramount (nous avons récemment assuré tous les transports de stars pour la première de Spiderman 3), mais aussi de l’AVION au départ de Newark. »

Le plus difficile avec les hôtes de marque est de gérer les services de sécurité, de coordonner les plannings souvent au dernier moment « Et toujours en même temps ! » Ainsi la première semaine de septembre pour l’Assemblée générale des Nations Unies est particulièrement chaude. Elle a beau être fière de sa réussite, Pascale parle plus volontiers de ses activités caritatives que du renouvellement biennal de sa flotte de véhicules, ou du possible rapprochement avec un concurrent implanté sur tout le territoire américain qui donnerait à Aria des ailes. « Je m’occupe de villages pilotes pour la gestion de l’eau au Maroc avec une amie le Dr Aswaa El kasmi. Nous avons reçu le label Unesco et participons les 26, 27 et 28 juin prochains, au symposium sur l’eau qui se tiendra à Cannes. » Pascale Takvorian n’en est pas à sa première aventure caritative, déjà au Maroc à 26 ans, elle avait créé des écoles professionnelles bénévoles de comptabilité.

Aujourd’hui, après huit ans de labeur, la Française met la pédale douce, rêve d’avoir un enfant. Elle a déjà préparé le nid, une maison dans le style marocain avec un toit typique en cuivre, construite à Long Beach au bord de la mer. Elle cherche le père… peut être dans les soirées French Tuesdays qu’elle ne raterait pour rien au monde. D’ailleurs ce soir, elle est pressée : elle veut être à l’heure sur le quai pour embarquer à bord de la croisière VIP organisée par les French Tuesdays en collaboration avec Laurent Perrier.

On ne sait jamais….

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related