Subscribe

Peut-être une deuxième marée noire dans le golfe du Mexique

Des sources environnementales ont dévoilé une possible deuxième fuite alimentant la marée noire dans le golfe du Mexique. Les autorités américaines ont indiqué mardi qu’elles allaient enquêter sur la plate-forme pétrolière incriminée.

Plusieurs médias américains ont rapporté qu’une seconde marée noire était en cours sur la plate-forme Ocean Saratoga, exploitée par la compagnie pétrolière Diamond Offshore, qui n’a pas souhaité faire de commentaire. Mais son action a déjà perdu 6 points en bourse, à cause de ces accusations.

La fuite (bien moins importante que celle provoquée par le naufrage de la plate-forme Deepwater Horizon) daterait de fin avril, et n’aurait cessé de couler depuis.
Interrogé sur cette nouvelle pollution, le chef des gardes-côtes américains, l’amiral Thad Allen, a indiqué au cours d’une conférence de presse : « Nous allons obtenir des informations détaillées et publierons un communiqué à ce sujet ultérieurement ».

Le 30 avril, une carte de la marée noire créée par l’Administration océanique et atmosphérique nationale (National Oceanic and Atmospheric Administration, NOAA), qui révélait « du pétrole d’une source supplémentaire sans connexion (ndlr, avec la fuite de BP) près de la plate-forme Ocean Saratoga ».

Le blog SkyTruth.org a affirmé le 15 mai avoir effectivement repéré des preuves d’une deuxième fuite, en se basant sur les images satellite que le site utilise régulièrement pour traquer les accidents environnementaux.

Le Press Register, à Mobile, Alabama, a finalement consacré un article à l’histoire, après avoir mené sa propre enquête. Le quotidien rapporte que des équipes avaient été vues à bord de navires en train de déverser des dispersants sur la nappe provenant de la plate-forme située à environ 20 kilomètres des côtes de Louisiane.

Le journal a affirmé avoir obtenu un document des autorités fédérales montrant que la fuite, qui provoquerait une marée noire sur 16 kilomètres, était en cours depuis le 30 avril.
« On a découvert cette fuite par hasard en regardant des images de la plate-forme Deepwater Horizon. La question se pose : que verrions-nous si nous observions systématiquement l’industrie des forages en mer ? » s’interroge John Amos du site Skytruth. « Est-ce une aberration, ou bien est-ce que les choses se passent comme ça tout le temps ? »

Suite aux révélations du blog, le photographe et écologiste J. Henry Fair a réalisé un passage en avion au-dessus du site concerné. Les images qu’il a tournées semblent confirmer l’existence d’une deuxième fuite, alimentant la pire marée noire de l’histoire des États-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related