Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Pierre-Edouard Bellemare brise la glace à Philadelphie

Arrivé sur la pointe des pieds chez les Philadelphia Flyers il y a quelques semaines, le Français Pierre-Edouard Bellemare se fait un nom en NHL, la célèbre ligue de hockey sur glace nord-américaine. Portrait de ce sportif au parcours atypique.

Entre Minsk et Philadelphie, il n’y qu’un pas. Même si la connexion entre la capitale biélorusse et la cité américaine défie toute logique géopolitique actuelle, l’histoire de Pierre-Edouard Bellemare aux Etats-Unis a bel et bien démarré dans ce pays d’Europe de l’Est au régime contesté. Cadre de l’équipe de France lors des championnats du monde de hockey sur glace en mai dernier, le joueur tricolore brille sur les patinoires de l’ancienne république soviétique et attire l’attention de recruteurs de la meilleure ligue du monde, la NHL. “J’ai juste fait mon travail en aidant l’équipe de France à faire le meilleur parcours possible. Je ne pensais pas vraiment à taper dans l’œil de franchises nord-américaines”, précise le joueur.

Après avoir mené les bleus à une solide huitième place, Bellemare se voit proposer un contrat par deux des plus grosses écuries du hockey mondial, les Canadiens de Montréal et les Flyers de Philadephie. Mais entre le Canada et les Etats-Unis, il n’hésite pas longtemps. L’équipe basée en Pennsylvanie lui promet un rôle spécifique et le discours du manager général de la franchise séduit le Français. “Il a su utiliser les mots justes pour me convaincre. J’ai vraiment senti chez eux l’envie de me recruter et de me donner des responsabilités”, souligne le désormais numéro 78 de l’équipe au maillot orange et noir.

A 29 ans, Bellemare traverse donc l’Atlantique et devient ainsi le cinquième Français de l’histoire de la NHL après Philippe Bozon, Cristobal Huet, Stéphane da Costa et Antoine Roussel, l’actuel pensionnaire des Dallas Stars. “Pour être honnête, je ne regardais même pas les matches de NHL lorsque j’étais plus jeune. Pour un joueur français, atteindre cette ligue était quelque chose d’impossible donc je ne prêtais pas vraiment attention à ce qui se passait de ce côté de l’Atlantique”, lâche le Français.

Une adaptation progressive

“J’ai foulé la glace pour la première fois de ma vie pour essayer d’imiter ma sœur qui faisait du patinage artistique”, admet Bellemare. Le jeune Pierre-Edouard a trois ans lorsqu’il découvre les sports de glace. “Je n’aimais pas trop courir et j’ai toujours aimé faire les choses différemment des autres. Ma passion pour le hockey était née”, souligne le joueur.

Passé par plusieurs clubs du Midi (Montpellier, Nîmes, et Avignon), il traverse la France pour donner des coups de crosse dans les équipes de jeunes de Viry-Châtillon puis aux Dragons de Rouen, meilleur club français de l’époque. Après quelques matches, le joueur de 17 ans s’impose dans l’équipe senior et effectue ses débuts professionnels. Puis, le joueur répond à l’appel du Nord et débarque en Suède. “Au début, j’ai eu du mal à m’adapter à cette nouvelle vie. Climat,  nourriture, habitudes, c’était un dépaysement complet”.

Mais le joueur fait des efforts, apprend la langue et s’impose dans la formation de Leksands, en deuxième division. Trois saisons plus tard, Bellemare est recruté par le club de Skelleftea, l’un des plus prestigieux d’Europe. Pilier d’une équipe  accumulant les trophées, le Français progresse vite et rêve de la NHL. “Certains joueurs qui n’avaient rien d’extraordinaires étaient recrutés par des franchises nord-américaines. Je me suis alors dit qu’il fallait juste continuer à travailler dur au cas où où des clubs de la meilleure ligue du monde viendraient m’observer de plus près”, précise-t-il. A 29 ans et après neuf saisons en Scandinavie, Bellemare devient l’un des “rookies” (joueur de première année) les plus âgés de la célèbre ligue. “En venant aux Etats-Unis, je suis passé dans une autre dimension. Ici, tout est plus grand, les salles comme les villes, et les joueurs sont plus physiques. Il y a quelques mois, j’évoluais devant 3 000 personnes en Suède ! Ici, cela monte parfois jusqu’à 20 000 spectateurs par match”, sourit le tricolore.

Désormais installé dans un logement avec sa fiancée américano-suédoise, après plusieurs mois à l’hôtel, Bellemare s’adapte au rythme de vie américain. Actuel ambassadeur de la France en NHL avec son compatriote Antoine Roussel, Bellemare espère que les portes s’ouvriront à d’autres Français : “Jouer en NHL peut sembler inaccessible, ce n’est pas un sport très valorisé dans l’Hexagone mais les pratiquants doivent y croire. Nous avons des joueurs de talent et je pense qu’Antoine et moi-même ne sommes pas les seuls Français à avoir notre place aux Etats-Unis”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Antoine Roussel brise la glace à DallasAntoine Roussel brise la glace à Dallas Seul joueur français à évoluer dans la ligue nord-américaine de hockey sur glace (NHL), Antoine Roussel se fait une place au soleil au sein de la franchise des Dallas Stars. Arrivé très […] Posted in Sports
  • Joel Anthony, la force tranquilleJoel Anthony, la force tranquille À 28 ans, Joel Anthony trace sa route dans la meilleure ligue de basket-ball du monde. Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de NBA, le natif de Montréal vit une saison de rêve […] Posted in Sports