Subscribe

Portes ouvertes au bilinguisme à PS 151

L’école de PS 151, dans le Queens, a organisé lundi 1er février une soirée dédiée à son programme bilingue français-anglais lancé en Kindergarten en septembre 2009. Sous l’œil attentif des parents d’élèves susceptibles de rejoindre le projet, le directeur Jason Goldner a annoncé les grandes lignes pour la rentrée prochaine et présenté des personnes qui font déjà partie de l’aventure.

« Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… » Lundi soir, les enfants francophones de PS 151 ont joué les ambassadeurs de la seule classe bilingue français-anglais du Queens, ouverte il a 6 mois. Outre un petit spectacle présenté pour l’occasion par ces élèves, les parents venus s’informer sur ce tout nouveau programme d’enseignement du français au Kindergarten ont pu découvrir l’enthousiasme et la passion qui animent le directeur Jason Goldner. « Au départ, tout est né d’une initiative venant de parents d’élèves qui se sont manifestés pour l’ouverture de cette classe, explique-t-il. L’idée d’avoir une école qui offre plusieurs programmes d’enseignement m’a toujours plu. Alors, quand cette opportunité s’est présentée, j’ai fait des recherches personnelles et regardé les statistiques pour voir si cela pouvait correspondre à une demande de la communauté. Et je me suis dit que le projet pourrait avoir du succès. Même si nous ne sommes qu’au début et qu’il y a encore de la place pour construire, les résultats de cette année sont très satisfaisants. »

Julia Lautard, l’enseignante, passée par une maîtrise d’éducation à Hunter College, se dit très ravie de sa toute première classe francophone et des éléments qui la compose. « Elle est à l’image du Queens, compare-t-elle : composée d’enfants venant du monde entier. Il y a des petits Équatoriens, Mexicains, Tchèques, Roumains et bien sûr Américains et Français. » Enthousiaste et attentionnée, elle vante également les mérites du bilinguisme. « Je suis convaincue qu’il ouvre énormément l’esprit, explique-t-elle. J’ai récemment demandé à ma classe d’écrire une lettre au président Obama. Certains y ont posé des questions d’ordre social du type : pourquoi des gens meurent de faim alors que les supermarchés jettent des quantités de nourriture ? C’est hallucinant, ces enfants n’ont même pas 5 ans… »

À l’origine du projet, Virginie Le Lan et Hélène Maubourguet, deux mères engagées depuis longtemps dans la promotion de la langue française et dans une meilleure cohésion au sein de la communauté francophone. En juillet 2007, elles partent en « campagne » avec la simple idée d’ouvrir une classe bilingue de Kindergarten à deux pas de chez eux, dans le Queens. « Nous avons tapé à la porte de toutes les écoles du District 30, raconte Virginie Le Lan, membre du conseil de l’association Éducation Française à New York (EFNY). Jason Goldner a été le premier à nous avoir fait espérer que notre projet était viable. En raison des surcharges de cours et des problèmes économiques actuels, cela n’a pas été facile. » Elles atteignent cependant leur objectif en collant des prospectus dans les playgrounds, les magasins ou les piscines municipales et en rassemblant une soixantaine de parents d’élèves à leurs côtés.

Concernant les modalités d’inscription, M. Goldner précise que, contrairement à d’autres programmes existant à New York, les élèves désirant intégrer le programme ne sont pas soumis à un test d’entrée. Seule une entrevue entre les parents et lui-même est nécessaire. « Je n’ai pas besoin de recevoir un CV de l’élève pour l’autoriser à commencer les cours, poursuit-il. Cette rencontre a pour but de permettre aux parents de poser des questions précises et de s’informer sur ce que faire partie du programme bilingue français-anglais veut dire. » Un programme qui, pour l’instant, ne comprend qu’une seule classe mais que Jason Goldner compte bien faire évoluer jusqu’en 5th grade. « Pour l’année prochaine, nous avons prévu deux classes supplémentaires avec un total de 60 élèves maximum. »

Lundi, de nombreux parents étaient donc venus prendre le plus d’informations possible pour une inscription éventuelle de leur enfant en septembre prochain. L’un deux, Tristan Louis, habite dans le quartier de Gramercy à Manhattan et avoue n’éprouver aucune réticence à effectuer le trajet aller-retour matin et soir pour amener son fils Monroe à PS 151.« Ma femme et moi avons essayé PS 58, à Brooklyn, mais n’étant pas de la zone d’habitation environnante, nous avions peu de chance d’être acceptés. Il y a peu de place dans les classes bilingues du secteur public, alors quand nous avons eu vent de ce nouveau programme de français, nous avons décidé de venir activement nous informer… déjà avec l’idée d’y inscrire notre enfant de 4 ans. »

Conscient qu’il faudra à l’avenir penser à poursuivre l’enseignement du français dans les classes de Middle School, Jason Goldner sait pourtant que ce ne sera pas si facile. « C’est une discussion à entamer avec le principal du Middle School. Si la demande se présente, nous devrons prendre une décision. Pour l’instant, nous essayons d’attirer des familles dans ce projet destiné à apporter un bout de culture supplémentaire au sein de ces murs.  »

Infos pratiques :

PS 151, Mary D Carter School

50-05 31st Ave Woodside, NY11377

(718) 728-2676

EFNY: http://efny.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related