Subscribe

Présidentielle : la localisation du bureau de vote de Harlem divise les Français

Les Français de New York qui résident dans l’ouest, le nord de Manhattan ou dans le Bronx sont invités à voter à Harlem pour le premier tour de la présidentielle.

Aux bureaux de vote de la French-American charter school de New York (NYFACS), sur la 120e rue, il est un refrain qui revient dans de nombreuses bouches : c’était plus simple avant. Pour la première fois, le consulat répartit ses bureaux de vote à travers la mégalopole plutôt que de centraliser tous les votants sur la Cinquième Avenue. Cette nouveauté ravit Jeanne : “J’habite sur la même ligne de métro que la NYFACS, c’est beaucoup plus rapide que d’aller au consulat !” Plusieurs expatriés profitent aussi de cette occasion pour faire une promenade dans Harlem, en famille, comme Jacques et Aline avec leurs enfants.

Au-delà de ces exemples de sérénité, lunettes de soleil sur la tête, sandales aux pieds et mains dans les poches du short, on retiendra aussi des pertes de sang-froid. “J’ai toujours voté au consulat !”, s’énerve Stéphanie. A 68 ans, cette résidante à l’accent légèrement américain a mis plus d’une heure à venir et a eu “beaucoup de mal à trouver”. Elle en oublierait presque de mettre son bulletin dans l’urne et promet d’écrire au consulat pour ne pas avoir à se déplacer si loin la prochaine fois. Brandissant sa canne, elle souligne que les marches à l’entrée de l’immeuble n’arrangent rien.

De nouveaux bureaux pour réduire l’attente

Son cas n’est pas isolé. Beaucoup de votants entrent avec un air de soulagement, après avoir cherché leur nouveau bureau de vote dans le quartier. “Il faudrait donner plus de précisions sur la convocation”, affirment les volontaires du bureau de vote entre eux. “Peut-être qu’on pourrait ajouter l’arrêt et la ligne de métro.” Maryline était montée sur la 120e rue côté est et a dû traverser Manhattan dans sa largeur pour rejoindre l’ouest. L’adresse précise était pourtant indiquée sur chaque convocation.

Selon le secrétaire du bureau de Harlem, Peter Scriven, cette nouvelle division des bureaux de vote permet surtout d’éviter l’attente. Avec 23 000 inscrits sur les listes électorales dans la circonscription de New York, même si tous ne participent pas, la queue a pu être très longue devant le consulat par le passé. Mais la multiplication des adresses pose un autre problème, celui des procurations. Sandrine était persuadée que son amie et elle votaient au même endroit. Elle s’est donc présentée à Harlem avec l’intention de placer deux enveloppes dans l’urne… pour finalement découvrir qu’elle devait se rendre à Brooklyn afin de voter en lieu et place de son amie qui habite dans le Queens. Quelques uns se sont ainsi plaints d’un découpage “absurde”.

Si ce rendez-vous dispersé offre moins de chances de croiser ses amis au bureau de vote, il reste un événement fédérateur pour la communauté, qui rit aussi de ses déconvenues. Plusieurs Français sont ainsi entrés avec la même anecdote : en cherchant leur route, ils ont vu de grandes colonnes de ballons bleus, blancs et rouges et ont cru être arrivés à bon port. Hasard malencontreux, il semblerait qu’un recrutement était en cours dans le quartier de l’université Columbia, où les organisateurs n’avaient même pas entendu parler d’élection française !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related