Subscribe

Rama Yade

De passage à New York avant de se rendre à Washington, la jeune secrétaire d’État a séduit ses interlocuteurs

 

Rama Yade, la secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’homme, achève vendredi un voyage de plusieurs jours aux États-Unis,  d’abord à New York et ensuite à Washington. À New York où elle a présidé plusieurs réunions dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies, notamment sur les enfants soldats et la situation de femmes au Tchad et au Darfour, elle s’est aussi entretenue avec la presse, résumant ainsi la nouvelle politique étrangère du gouvernement français. « Faire avancer les intérêts de la France à l’étranger en étant toujours conscient des droits de l’homme» « Les droits de l’homme sont insufflés dans de nombreux ministères,  aux Affaires étrangères bien sûr où Bernard Kouchner est porte-drapeau de cette politique mais aussi au secrétariat d’état à la Coopération et la Francophonie avec Jean-Marie Bockel ou au secrétariat d’état aux Affaires européennes avec Jean-Pierre Jouyet. Nous sommes  ainsi plusieurs à en être dépositaires », a dit Rama Yade s’exprimant devant les correspondants. Mais c’est le soir,  au consulat général de France,  à l’invitation du consul général, François Delattre,  et en présence de nombreuses personnalités de la communauté française,  que Rama Yade, la jeune et ravissante secrétaire d’état, née au Sénégal et ancienne secrétaire nationale au sein de l’UMP a révélé son vrai jeu :  « À Washington, je vais raconter aux Américains comment Nicolas Sarkozy a fait pour gagner, comment un président ‘conservateur’ peut incarner la rupture et avoir un carnet de progrès ».  Révélant donc tout à la fois, son aisance à parler sans papier avec émotion, son humour et son soutien tout à fait inconditionnel du président français. Elle a déjà mentionné dans les médias le charisme de Nicolas Sarkozy, mais au consulat elle a été plus loin évoquant “l’humanisme sarkozien”. Au plan national,  a-t-elle rappelé en substance,  le président encourage des valeurs comme le travail, l’innovation et la compétitivité; au plan international il a aussi fait un discours remarqué à l’ONU notamment sur le nucléaire iranien  prônant la fermeté mais pas le conflit dans l’affaire iranienne. C’est donc un nouveau style que Rama Yade inaugure n’hésitant à suivre ses impulsions — ce qui lui a valu d’être tancé par le Premier ministre lorsqu’en septembre 2007 elle a soutenu les squatters à Aubervilliers contre l’avis du préfet — usant de son charme très réel pour convaincre ses interlocuteurs. Caressant les Français de New York dans le sens du poil ne leur a-t-elle pas dit qu’ils représentaient une France moderne  souvent en avance sur l’Hexagone. Quelques raclements de gorge satisfaits dans la salle ont accueilli le compliment.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related