Histoire

Sur la piste des migrants francophones en Amérique du Nord

On sait tout du voyage de Jacques Cartier, le navigateur malouin qui découvrit la baie du Saint-Laurent au Canada en 1534. Mais que sait-on des autres francophones qui peuplèrent l’Amérique du Nord à partir du XVIIe siècle ? C’est l’objectif d’un ambitieux projet de recherche transatlantique qui se poursuivra jusqu’en 2026.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Des ouvriers agricoles français à Silkville, dans le Kansas, vers 1880-1900. © Kansas State Historical Society

Des Moines dans l’Iowa, Traverse City dans le Michigan, Eau Claire et Prairie du Chien dans le Wisconsin, Belle Fourche dans le Dakota du Sud, Coeur d’Alene dans l’Idaho… Les toponymes d’origine française sont partout en Amérique du Nord. Sans oublier au moins 17 villes qui portent le nom de Frenchtown ! Les colons francophones, cependant, sont les grands absents des livres d’histoire.

« Les migrants francophones ont longtemps été négligés par les historiens nord-américains, concentrés sur l’histoire anglophone du continent », explique Yves Frenette, professeur à l’université de St. Boniface de Winnipeg et directeur du projet de recherche Trois siècles de migrations francophones en Amérique du Nord (1640-1940). « C’est notre objectif de redonner une voix aux communautés dont on n’entend peu parler. »

Plus de 40 chercheurs américains, canadiens et français

Pendant les sept années à venir, 41 chercheurs américains, canadiens, anglais, français, belges et suisses étudieront les migrations des communautés francophones dans six grandes régions : l’Acadie, le Québec, la Nouvelle-Angleterre, la région des Grands Lacs et la vallée du Mississippi, les Grandes Plaines américaines et l’Etat de Washington. Comment les migrants, ceux qui restent derrière et ceux qui les accueillent ont-ils vécu cette expérience ? Qu’en ont-ils dit dans leurs lettres, journaux intimes et chansons ?

french-education-guide-france-amerique-spring-summer-2022

Ces recherches, menées en partenariat avec 27 universités, musées et associations dont La Loure, qui entretien les traditions orales normandes, porteront sur les migrants venus de France, de Suisse et de Belgique, les Canadiens d’origine française, les Acadiens ainsi que les métis. Les Syriens et Libanais francophones, arrivés entre 1880 et 1940, feront aussi l’objet d’une étude. « Ils sont peu nombreux », précise Yves Frenette, « mais ils ont eu une grande influence de par leur activité de marchands et de colporteurs ».

Les recensements, pratiqués au Canada depuis 1666 et aux Etats-Unis depuis 1790, permettront aux chercheurs de peindre « un grand portrait » des francophones du XVIIe au XXe siècle. Date et lieu de naissance, profession, langue parlée à la maison : ces données, aujourd’hui disponibles en ligne, offrent une image précise des communautés francophones et de leurs mouvements. « On peut ainsi dresser le profil d’une famille de Franco-Canadiens du Minnesota en 1910 puis, en étudiant les recensements canadiens et les actes d’état civil, retracer leur parcours. »

Un projet à l’échelle continentale

Parmi les autres sujets de recherches : Gérard Fabre, chercheur au Centre d’étude des mouvements sociaux du CNRS, étudiera le récit des migrants et France Martineau, linguiste à l’université d’Ottawa, la diffusion des langues franco-amérindiennes dont le mitchif, un mélange de français et de cri parlé dans le Manitoba et le Dakota du Nord. Robert Englebert, historien à l’université de Saskatchewan, se penchera quant à lui sur les relations entre explorateurs francophones et femmes amérindiennes dans plusieurs villages de la vallée du Mississippi.

Ce « projet continental », financé grâce à une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada d’un montant de 2,5 millions de dollars, donnera lieu en 2026 à une exposition virtuelle bilingue. En attendant, le travail des chercheurs sera partagé en ligne et présenté au cours d’expositions et conférences organisées localement. Au mois de juin 2020, un colloque à Whitman College, à Walla Walla dans l’Etat de Washington, présentera notamment la colonie francophone de Frenchtown, fondée en 1824 au sud-ouest de Seattle et la présence francophone dans l’Ouest américain.

« Contrairement aux idées reçues, les populations francophones ont toujours migré et n’ont pas toujours été accueillies à bras ouverts », explique Yves Frenette. « La situation de ces colons il y a un siècle est comparable à la situation des migrants hispaniques et africains aujourd’hui, ce qui donne à notre projet de recherche une portée actuelle. »

couv-cover-france-amerique-magazine-decembre-december-2021-pop-up

Le meilleur de la culture française

Publié dans un format bilingue, en français et en anglais, le magazine France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ?