Subscribe

Tartuffe sous un jour inédit à San Francisco

Le Tartuffe de Molière retrouve sa musique originelle grâce à une traduction inédite de Roland David Valayre en alexandrins. Une adaptation de la troupe Generation Theatre, à la fois fidèle et non-conventionnelle de ce classique à redécouvrir.

Roland David Valayre aime défendre les conspués. Il l’a fait pendant 14 ans comme avocat, et continue aujourd’hui dans le théâtre, où il se prend à réhabiliter deux figures méprisées ou mal connues. Tartuffe d’abord – le personnage de Molière souvent décrit comme l’incarnation de l’hypocrisie – l’alexandrin ensuite, condamné par les anglophones depuis le XVIIIème siècle comme un vers long et mou. Insatisfait par les traductions de Tartuffe disponibles jusqu’à présent, le metteur en scène français qui habite depuis près de 20 ans à San Francisco a décidé de s’attaquer lui-même à ce classique. « Ce n’est pas très modeste comme démarche, reconnaît l’homme de théâtre. Mais les traductions de Tartuffe en anglais étaient soit en vers libres, soit en prose, soit en vers shakespeariens de dix pieds. Ce qui manquait, c’était le rythme de Molière en alexandrins et en rimes couplées. »

Un monstre
Avec cette nouvelle adaptation de Tartuffe à San Francisco, le metteur en scène veut revenir à l’essence du texte de Molière, et déconstruire certains a priori sur la pièce : « Au cours des siècles, on a représenté Tartuffe un peu comme le Juif dans la littérature antisémite d’avant-guerre : voûté, le cheveux gras avec un nez crochu. C’est un monstre, constate Roland David Valayre. Mais quand on lit la pièce en laissant de côté la tradition, il n’y a rien qui en fait un démon, insiste le metteur en scène. Tartuffe est une pièce complexe et intrigante qui mérite d’être présentée sous une autre facette ». Pour le metteur en scène, l’hypocrisie est partout présente dans la pièce, et la famille soi-disant victime de Tartuffe n’est pas exempte de reproches.

Coupes gominées et blousons noirs
Pour rendre la pièce plus parlante à un public américain contemporain, Roland David Valayre a décidé de transposer l’action de Tartuffe dans l’Amérique des années 50, remplaçant perruques et chemises à jabot par des coupes gominées et des blousons noirs. « Il ne s’agit pas de plaquer un concept sur une pièce, justifie le metteur en scène. Les années 50 aux États-Unis étaient une période de grand puritanisme hypocrite avec le maccarthysme. Cela collait pas mal à la réalité politique du XVIIème siècle. » Pour Roland David Valayre, le costume participe du sens de la pièce et ne doit pas être un gadget. « Aujourd’hui, jouer la pièce en costumes du XVIIème, ce serait simplement des acteurs déguisés sur scène avec des perruques, ça ne rimerait plus à grand-chose, » explique-t-il.

Infos pratiques :
Tartuffe de Molière, traduit et mis en scène par Roland David Valayre
Tous les week-ends du 23 avril au 16 mai
Off-market Theater, studio 205
965 Mission st, San Francisco
Plus d’informations sur le site de Generation Theatre
Places disponibles sur le site de Brown Paper Tickets

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related