Subscribe

The French touch d’Éric Boyer

L’entrepreneur Éric Boyer a fondé au début de l’année sa société “The French touch”, proposant un service de traiteur français. C’est depuis la Pennsylvanie qu’il travaille avec son associé, le cuisinier René Massardier. Il nous offre une de ses recette de l’été…

Depuis le début de l’année, Éric Boyer est le gérant d’un service de traiteurs français localisé à Bethlehem, en Pennsylvanie. Venu de France il y a deux ans, il se souvient, comme si c’était hier, du jour où il a dit « oui » à sa femme… « Oui, partons pour les États-Unis ». Celle-ci a la possibilité d’être mutée. C’est une chance que toute la famille va décider de saisir. Les démarches sont simplifiées, grâce à l’entreprise de son épouse, qui met à leur disposition un logement, des cours d’anglais à domicile et un coach spécialiste du recrutement dans le pays d’accueil. L’aide s’avère précieuse.

De fil en aiguille, Eric Boyer à une idée, comme à son habitude. Il veut créer un service traiteur, mettre à disposition de ses nouveaux concitoyens des produits français de qualité et, en quelques mots, créer sa LLC (équivalent américain d’une SARL). Dans ce domaine, son expérience n’est plus à faire. Diplômé d’une maîtrise de gestion, d’une licence de droit, longtemps informaticien et commercial, il a de bonnes bases. D’un point de vue administratif, rien de plus simple. Ne reste plus qu’à s’imprégner de la culture américaine, comprendre son mécanisme et, bien sûr, approcher le client potentiel.

Puisqu’une loi lui interdit d’utiliser sa cuisine comme entreprise (excepté pour la fabrication du pain, de cookies et de bonbons), Éric s’allie avec une église méthodiste dont « le pasteur est super cool » et occupe la cuisine de l’établissement. René Massardier, un cuisinier lui aussi expatrié, devient son associé. Ancien cuisinier pour des collectivités et des hôpitaux publics, il connaît le métier, sait aussi gérer les grosses quantités. Non seulement ils deviennent amis mais ils sont aussi parfaitement complémentaires d’un point de vue professionnel.

Aux fourneaux comme en prospection, les deux hommes avancent. Des repas pour deux personnes, ils passent très vite au niveau supérieur. Récemment, c’est pour une graduation (remise de diplômes) comptant 70 personnes qu’ils amènent leur savoir-faire. Et la cuisine de type familiale est un succès. Au top Five : quiches, gratin dauphinois, ratatouille, bœuf bourguignon, lasagne. (Lire la recette ci-dessous)

Dès septembre, Éric donnera des cours de cuisine à thème, allant d’une soixantaine à environ 150 dollars en fonction de la matière première. Du cours sur la pomme de terre à celui sur le homard, il y en aura pour tous les goûts. « Si je peux apprendre à décliner un aliment de diverses manières et, de fait, à manger mieux, je serai très heureux », s’enjoue-t-il déjà.

 

http://www.thefrenchtouch.biz/

Éric Boyer
4261 Anthony Drive
Bethlehem, PA, 18020
USA
Cell : 610-573-0231

 

La recette de l’été, souvent inconnue aux États-Unis : le Grand Aïoli.

Cuisson : 1 heure environ

Ingrédients (pour 6 personnes) :

– De 1 kg à 1,5 kg de cabillaud ou de morue dessalée
– 1 chou-fleur
– 600 g de haricots verts
– 2 carottes par personne
– 3 petits fenouils ou 1 pied de céleri
– 1 oignon piqué au clou de girofle
– 6 pommes de terre, minimum
– 6 œufs durs
– 1 bouquet garni

– et le fameux aïoli (mayonnaise) :
– quelques gousses d’ail, selon le goût
– 2 œufs
– huile
– sel

Préparation :

La veille, faire dessaler la morue (si besoin).

Le lendemain, préparer les légumes. Éplucher les pommes de terre et carottes, défaire le chou-fleur, laver et préparer le fenouil ou le céleri.
Cuire les légumes, dans de l’eau bouillante et salée, avec l’oignon piqué et le bouquet garni.
Compter le temps nécessaire pour chaque légume, en fonction de la consistance souhaitée.

Réserver dans un plat.

Faire l’aïoli :

Écraser les gousses d’ail au mortier, ajouter les jaunes d’œuf, le sel, puis monter une mayonnaise classique. Poivrer.
Mettre au frais, jusqu’au moment de servir.

Cuire la morue ou le cabillaud au court-bouillon.

Présenter le poisson, au milieu du plat, entouré des légumes. Ne pas oublier les œufs durs écalés et l’aïoli. 

Ce plat peut se manger chaud, tiède ou froid. Les légumes peuvent être différents, selon les saisons.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related