Streaming

Trois séries françaises qui séduisent les Américains

Après des décennies d’indifférence, voire de mépris, la qualité de la fiction française est désormais reconnue aux Etats-Unis. Les Revenants, Engrenages et Braquo ont ouvert la voie de l’exportation des séries françaises à l’international. Avec des scénarios bien ficelés, des dialogues percutants, un univers affirmé, d’autres productions n’ont pas tardé à les imiter, créant une percée du "made in France" sur le marché américain et balayant progressivement l’image ringarde qui leur a longtemps été assignée.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
© Canal+

« Le changement est venu de la prise de conscience, au sein de l’industrie des programmes français, de l’importance du développement et de l’écriture », explique François Truffart, le directeur artistique du Colcoa French Film Festival qui rassemble chaque année, fin avril, une centaine de films et séries françaises à Los Angeles. « Pendant longtemps, la télévision était considérée en France comme un sous-produit du cinéma. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Il y a une vraie exigence. Les séries françaises se sont alignées sur les standards de qualité de leurs concurrents. »

Mieux écrites, les séries françaises sont également mieux produites : l’arrivée des nouvelles saisons est plus rapide et l’offre s’est diversifiée, allant des séries policières et fantastiques aux fictions familiales, sans oublier les mini séries et les téléfilms unitaires qui proposent souvent des sujets de sociétés forts. « La fiction française n’en reste pas moins atypique dans ses contenus et dans sa manière de traiter les sujets », estime le directeur du festival Colcoa. « C’est un atout car le public américain, constamment abreuvé de séries, est à la recherche de nouveaux modèles. »

La multiplication des chaînes et l’explosion des plateformes digitales comme Netflix ou Amazon, ont encore accéléré le mouvement : dans la course aux programmes inédits, les opérateurs et diffuseurs américains ont tendance à se tourner de plus en plus vers l’étranger. Depuis des décennies, les séries britanniques sont naturellement très présentes sur les réseaux américains, puis Israël est devenu le pays en vue, suivi récemment par les pays nordiques. Aujourd’hui, la France est en bonne position pour se hisser en tête de classement. En témoignent le succès de Marseille, la première série française produite par Netflix, et l’inauguration récente du siège parisien du géant du streaming !

1. Le Bureau des légendes (The Bureau)
iTunes

Avec 3,7 millions d’euros générés à l’international, Le Bureau des légendes est la série française la plus exportée dans le monde. Diffusée à l’origine sur la chaîne cryptée française Canal+, cette création originale d’Eric Rochant (à qui l’on doit déjà la série Mafiosa), est parvenue à réinventer la fiction d’espionnage. La série raconte comment un département de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure, l’équivalent français de la CIA) forme et pilote à distance ses agents les plus importants, ceux qu’on appelle « les clandestins ». En immersion dans des pays hostiles leur mission consiste à repérer les personnes susceptibles d’être recrutées comme sources de renseignements. Opérant « sous légende », c’est-à-dire sous une identité fabriquée de toutes pièces, ils vivent de longues années dans une duplicité permanente. L’histoire démarre avec le retour en France de l’un de ces agents, Guillaume Debailly, alias Malotru, incarné par Mathieu Kassovitz (Le fabuleux destin d’Amélie Poulain). Contrairement à ce qu’exigent les règles de sécurité, ce dernier ne va pas abandonner l’identité sous laquelle il vivait depuis six ans en Syrie, mettant ainsi en danger tout le système… Brillamment liée à l’actualité, servie par un casting impeccable (aux cotés de Kassovitz, on retrouve d’excellents comédiens comme Jean-Pierre Darroussin, Léa Drucker, Sara Giraudeau et Gilles Cohen), Le Bureau des légendes offre un bon équilibre entre thriller et drame intime, s’érigeant en antithèse des James Bond. Disponible via iTunes, la série a reçu un accueil critique très positif aux Etats-Unis. Le New York Times la qualifie de « fiction intelligente et subtile » et BroadwayWorld estime qu’il s’agit d’une « histoire d’espionnage captivante, racontée avec sophistication et filmée avec beaucoup d’aisance ». Ses créateurs planchent désormais sur un futur projet franco-américain avec la chaîne HBO.

2. Dix pour cent (Call My Agent!)
Netflix

La série « professionnelle » est devenue un genre en soi avec ses grands classiques que sont les cabinets d’avocats, les hôpitaux ou les commissariats. Choisissant d’innover en la matière, Dix pour cent nous ouvre les portes d’une agence artistique parisienne, un milieu, jusqu’ici, relativement peu connu du grand public. Inspirée de la vie de Dominique Besnehard, son coproducteur qui a été pendant plus de 20 ans l’un des principaux agents du cinéma français, la série est une vraie réussite. Sous la direction de Fanny Herrero au scénario (précédemment coauteur de la série Un village français, disponible aux Etats-Unis sur Hulu) et de Cédric Klapisch à la réalisation (L’Auberge espagnole, Les Poupées russes, Casse-tête chinois), on suit les tribulations quotidiennes de quatre agents d’acteurs qui doivent décrocher les meilleurs rôles et les plus gros cachets pour leurs « talents », mais aussi leurs servir de psy et leurs passer tous leurs caprices. Une plongée tragicomique dans l’univers impitoyable de la célébrité où le rire le dispute aux larmes. Chaque épisode fait intervenir une star (Cécile de France, Isabelle Adjani, Juliette Binoche, Christophe Lambert…) jouant son propre rôle avec souvent beaucoup d’autodérision. Déjouant les pièges de l’entre-soi élitiste, Dix pour cent est une série populaire à la fois percutante et grand public. Les abonnés de Netflix ne s’y sont pas trompés : la série, disponible aux Etats-Unis depuis décembre 2016, fait partie des fictions étrangères les plus visionnées.

3. Baron noir
Amazon

« La meilleure série politique française produite à ce jour » ; « une fiction magistrale et addictive » ; « un parfait mélange entre House of Cards et Les Sopranos » ! Encensée par la critique lors de sa diffusion sur Canal+ en 2016, la série Baron Noir a très vite été repérée et achetée par la plateforme Amazon Prime Video. L’histoire est celle de Philippe Rickwaert (incarné par Kad Merad, Marseille, Les Choristes), député-maire du nord de la France et bras droit du candidat socialiste à la présidentielle, Francis Laugier (Niels Arestrup, Un Prophète, Quai d’Orsay) qui, rattrapé par une affaire de financement occulte, va le sacrifier pour sauver sa campagne. Rickwaert qui se voyait déjà à Matignon, va alors devenir le mouton noir du parti, le « baron noir ». Humilié, il n’aura de cesse que se réinventer une carrière contre son ennemi en créant une nouvelle alliance avec la plus proche conseillère de ce dernier (Anna Mouglalis, Coco Chanel & Igor Stravinsky, Romanzo Criminale). Inspirée par l’expérience de son co-scénariste Eric Benzekri, ancienne plume du Parti Socialiste, Baron Noir s’inscrit dans un cadre très réaliste, décrivant avec justesse la quotidienneté de la vie politique française sans jamais perdre, ni ennuyer le spectateur. Mais c’est avant tout le récit d’une relation contrariée, le parcours de deux « frères » qui vont se déchirer, un voyage dans l’intimité du politique.

couv-cover-france-amerique-magazine-mai-may-2021

Le meilleur de la culture française

Publiée dans un format bilingue, en français et en anglais, la revue France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter