Subscribe

« TV5 Monde est la chaîne des regards croisés »

Marie-Christine Saragosse, directrice générale de TV5 Monde, a inauguré le 9 mars dernier le lancement officiel de la chaîne à La Nouvelle-Orléans. France-Amérique l’a rencontrée le lendemain à New York pour faire notamment le point sur les ambitions américaines de TV5 Monde.

Comment avez-vous vécu le lancement de TV5 Monde à La Nouvelle-Orléans ?

 

Nous sommes arrivés dans une ville qui était encore en fête (ndlr, à la suite de la récente victoire des Saints contre les Indianapolis Colts lors du Superbowl). Les gens nous ont raconté que c’était la première fois depuis Katrina qu’ils avaient l’impression de revivre. C’était touchant et très fort.  La mairie nous a remerciés d’apporter TV5 Monde à La Nouvelle-Orléans et la vidéo à la demande, car c’était une première mondiale pour nous. Il y a une très forte volonté là-bas de renouer avec la culture et la langue françaises.

Quelle est votre stratégie pour implanter la marque TV5 Monde en Louisiane ?

 

L’année dernière, nous avions fait une très grosse couverture du Festival international de Lafayette (ndlr, de musique francophone) en délocalisant le magazine musical Acoustic. Cette année, nous allons couvrir le Festival de Jazz de La Nouvelle-Orléans. Nous préparons également un magazine bimensuel de 10 minutes sur l’actualité de la langue française et de la culture francophone aux États-Unis. Le but est d’essayer de commencer avant l’été. D’autre part, des émissions comme l’édition spéciale d’Acoustic 2009 au Festival International de Louisiane font partie de l’offre de vidéo à la demande que l’on propose à nos abonnés en Louisiane. Nous avons 10 heures de programmes qui seront rafraîchies tous les mois.

Combien avez-vous d’abonnés aux États-Unis ?

 

330 000. Cela correspond à un millions de téléspectateurs par semaine en audience cumulée. Les données que nous avons sur les téléspectateurs sont très intéressantes pour nous, car nous avons toujours misé sur le sous-titrage pour garder le français. 57 % de nos abonnées sont américains et n’ont pas le français pour lange maternelle. Nos abonnés se réabonnent à 99,3 %, ce qui est un taux exceptionnel. Une fois qu’ils s’abonnent à TV5 Monde, ils passent 60 % de leur temps de télé à nous regarder. Un des éléments de ce succès est qu’on n’a jamais voulu laisser entrer la publicité saucissonner ou morceler nos programmes. Ils apprécient particulièrement le cinéma français et francophone.

Les États-Unis sont-ils le territoire sur lequel vous prouvez votre raison d’être par rapport à France 24, la chaîne française d’information en continu ?

 

Nous existons depuis 25 ans et je pense pas que c’est à nous de prouver le bien fondé de notre existence. Nous sommes parmi les trois premiers réseaux mondiaux – nous comptons 207 millions de foyers dans le monde et sommes présents dans 198 pays et territoires.  Derrière nous, il y a les 70 États membres de la Francophonie. L’année 2009 s’est soldée par une croissance de plus de 10 % de la distribution et de plus de 3 % de l’audience, ce qui n’est  pas rien dans un marché qui est en pleine révolution avec de nouveaux supports pour la consommation d’images. Le marché international compte 27 000 chaînes satellitaires et il s’en est créé rien qu’en Europe 250 en 2009. Nous sommes aussi la seule chaîne généraliste mondiale et cela ne nous met pas en concurrence avec France 24. Nous sommes complémentaires.

Vous avez néanmoins une approche très news qui peut remettre en question l’existence de France 24 à l’heure où l’on coupe dans les budgets.

 

TV5MONDE et France 24 sont complémentaires, c’est un peu comme TF1 et LCI, ou France Inter et France Info. L’une est une chaîne généraliste, l’autre une chaîne d’information en continu. Il n’est donc aucunement question de remettre en cause l’existence de France 24. Notre info est différente, car nous la proposons « comme à la maison » avec les journaux belges, suisses, canadiens et français. C’est une spécifité que nous revendiquons. Dans nos journaux propres, notre vision est plurielle. Nous sommes la chaîne des regards croisés.

Vous avez aussi une stratégie internet ambitieuse en proposant une section pédagogique pour l’enseignement du français.

 

Chaque minute, l’une des fiches didactiques que nous proposons sur le site est téléchargée quelque part dans le monde. La section langue française du site a enregistré l’année dernière  22 millions de visites sur un total de  59 millions de visites. La croissance du site  entre décembre 2008 et décembre 2009 fut de 45 %. Et elle est encore de 48 % entre décembre et janvier.

Quels sont les grands rendez-vous de l’année ?

 

Il y a notamment le Tour de France. Nous avons aussi passé pour la première fois aux États-Unis le tournoi des Six Nations. Roland-Garros, la Ligue 1 et certains matches de l’équipe de France. On se délocalise beaucoup.

 

Le marché américain, qui est payant pour les abonnés de la chaîne, vous oblige-t-il à penser votre programmation différemment que dans les autres pays où vous êtes diffusés ?

 

Ça nous donne une liberté aussi. Dès lors que le signal est payant, il y a des droits qui deviennent accessibles. Cela permet, pour les téléspectateurs résidant aux États-Unis, d’avoir des films extrêmement récents par exemple. Cela permet aussi d’avoir des événements sportifs majeurs.

Peut-on imaginer voir la Coupe du monde de football sur TV5 Monde ?

 

Non. C’est hors de proportion par rapport à notre budget. On parle de centaines de millions d’euros.


Que représente pour vous la francophonie ?

 

C’est mon oxygène, parce que je pense qu’il faut être dans une vision plurielle du monde. Et en soi, la francophonie dans tous ses accents, m’oblige tout le temps à me décentrer, à comprendre ce que l’autre perçoit. À l’échelle de la planète, c’est un facteur de pluralisme.

Infos pratiques

 

TV5 Monde célèbre les 15 ans de son émission Kiosque qui invite des correspondants étrangers en France à analyser l’actualité. Pour l’occasion, la chaîne recherche des témoignages de téléspectateurs de cette émission.

www.tv5monde.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related