Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Un ingrédient du vin rouge pas si magique que cela pour la santé

Le resvératrol, un antioxydant contenu dans le vin rouge, certains fruits et le chocolat noir, n’a rien de miraculeux pour la santé contrairement à qu’on supposait, selon une étude menée en Italie, qui ne dément pas pour autant les bienfaits de ces aliments, qui restent à élucider.

Cette substance était considérée comme l’explication de ce qu’on appelle le “paradoxe français” selon lequel la relativement faible incidence des maladies cardiovasculaires en France, malgré un régime alimentaire riche en cholestérol et graisses saturées, résultait d’une consommation régulière de resvératrol et d’autres polyphénols, très présents dans le vin rouge notamment.

Cette recherche, effectuée avec un groupe de population vivant en Toscane où est produit le Chianti, vin célèbre d’Italie, indique que ceux qui avaient un régime alimentaire avec de fortes teneurs de resvératrol ne vivaient pas plus longtemps ou n’avaient pas moins de maladies cardiovasculaires ou de cancer que ceux consommant de faibles quantités de cet antioxydant.

“L’histoire du resvératrol s’avère être un nouveau cas d’une substance ayant fait l’objet d’un énorme battage médiatique quant à ses bienfaits pour la santé qui ne se confirment pas”, souligne le Dr Richard Semba, professeur d’ophtalmologie à la faculté de médecine Johns Hopkins à Baltimore (Maryland, nord-est des Etats-Unis), principal auteur de cette recherche publiée dans le Journal of The American Medical Association, Internal Medicine. “L’idée était que certains aliments ou boissons étaient bons pour vous parce qu’ils contenaient du resvératrol et nous n’avons pas du tout constaté cela”, ajoute-t-il.

L’emballement pour le resvératrol provenait surtout de travaux sur des souris chez qui cette substance, à haute dose, avait de puissants effets anti-inflammatoires et augmentait leur longévité. Ces animaux avaient été soumis à un régime alimentaire riche en calories et en resvératrol.

Effets bénéfiques malgré tout

Mais malgré ces résultats négatifs, des études montrent que la consommation de vin rouge, de chocolat noir et de baies réduit l’inflammation chez certaines personnes et ont des effets protecteurs pour le coeur. “Ces effets bénéfiques (…) doivent provenir d’autres polyphénols ou substances trouvées dans le vin et ces aliments”, juge le Dr Semba.

“Il s’agit d’aliments complexes et tout ce que nous pouvons dire, avec les résultats de notre étude, c’est que ces bienfaits ne proviennent sans doute pas du resvératrol”, souligne-t-il. “Nos recherches se concentrent désormais sur des polyphénols qui expliqueraient ces bienfaits”, précise le Dr Luigi Ferrucci, épidémiologiste à l’Institut américain du vieillissement (National Institute of Aging), un des auteurs de cette recherche.

Celui-ci indique que plusieurs études montrent qu’une consommation modérée de vin rouge, à savoir un verre et demi par jour, réduit les risques cardiovasculaires. Les travaux publiés lundi dans le JAMA font partie d’une recherche menée par un groupe international depuis quinze ans, visant à étudier les effets du vieillissement dans un groupe de personnes vivant dans la région des vignobles de Chianti.

Pour cette dernière étude, les chercheurs ont analysé pendant 24 heures l’urine de 783 personnes de plus de 65 ans pour des molécules résultant du métabolisme du resvératrol. Après avoir pris en compte entre autres l’âge et le sexe, ceux qui présentaient les plus fortes concentrations de ces molécules n’avaient pas moins de risque de décéder de toutes causes que ceux qui présentaient les teneurs les plus faibles. La plupart des participants à cette étude, choisis au hasard, vivaient tous en Toscane où la consommation de vin rouge, une spécialité locale, est la norme. Aucun d’entre eux ne suivait un régime alimentaire particulier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related