Subscribe

Une belle unanimité

La revue de presse américaine de la visite officielle de Sarkozy aux Etats-Unis se résume à un concert de louanges.

Dans le New York Times, Elaine Sciolino revient sur l’accueil extraordinaire reçu par Nicolas Sarkozy au Congrès. Soulignant le caractère exceptionnel d’un discours devant les deux chambres rassemblées, elle décrit l’atmosphère quand le président français a évoqué l’amitié franco-américaine : « la salle, pleine à craquer de législateurs, dont la plupart ont traité la France avec un grand dédain il y a seulement quelques années, a explosé en applaudissements. » L’auteur cite ensuite un représentant démocrate Californien, Tom Lantos : « Le Président Sarkozy a fait un home run dans les tribunes » et un Sénateur Républicain du Kentucky, Mitch McConnell « Vous venez d’entendre un président français faire un discours de Ronald Reagan. Pour nous tous, c’était comme une expérience de dédoublement. »

http://www.nytimes.com/2007/11/08/world/europe/08sarkozy.html?_r=1&n=Top/Reference/Times%20Topics/People/S/Sarkozy,%20Nicolas&oref=slogin

Attention, prévient l’éditorialiste du Boston Globe, « Sarkozy l’américain », comme on le surnomme, n’est que modérément attaché au modèle d’outre-atlantique. Ce qui l’intéresse aux États-Unis, c’est le mérite individuel, un peu plus d’heures de travail, et peu moins de timidité face à l’argent. « Il souhaite qu’un plus grand nombre d’outsiders comme lui puisse accéder au pouvoir en France. » (…) « Mais ces ambitions ne font pas vraiment de lui un Américain. » et l’auteur conclut : « Sarkozy le Français était trop poli pour dire que lui et ses compatriotes n’ont aucune envie d’échanger leur magnifique assurance-maladie contre le système américain boiteux ; leur système de retraite solidaire contre les pensions disparues des Américains ; leurs trains à grande vitesse contre les aéroports américains cauchemardesques ; leur cuisine raffinée contre la production de masse des fast food américains. La France de Sarkozy peut être une alliée de confiance, mais ne doit pas être prise pour une amie envieuse. »

http://www.boston.com/bostonglobe/editorial_opinion/editorials/articles/2007/11/09/french_twist/

Sur la radio publique NPR, Dana Banks, éditorialiste au Washington Post, témoigne de l’accueil très chaleureux reçu par le Président. « La visite de deux jours du Président Français Nicolas Sarkozy à Washington est vue comme un triomphe diplomatique. » http://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=16105381&ft=1&f=1004

Le journal britannique The Times insiste sur le protocole un peu particulier concernant un chef d’État célibataire : « (…) un président qui est devenu le célibataire le plus convoité d’Europe après son divorce avec Cécilia le mois dernier. "Super-Sarko", (…) vient seul au dîner de gala de la Maison Blanche. Rachida Dati, sa ministre de la Justice glamour et célibataire, et Christine Lagarde, la ministre des Finances. Cette dernière est une ancienne championne de natation synchronisée qui a passé l’essentiel de sa carrière comme avocate aux États-Unis. »

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/us_and_americas/article2814135.ece

The examiner.com, assez caustique, a remarqué que, lors du discours que Nicolas Sarkozy a prononcé au Congrès en Français, seuls John Kerry, « celui que les Républicains on raillé en 2004 pour être trop proche des Français, (…) », le ministre de l’Intérieur Michael Chertoff, le Sénateur Max Baucus, et quelques autres, ont retiré leur oreillette pour profiter du discours dans sa langue originale.

http://www.examiner.com/blogs/Yeas_and_Nays/2007/11/7/Kerry-Still-Frenchish

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related