Subscribe

Une nouvelle directrice à l’Alliance Française de Dallas

L’Alliance Française de Dallas accueillait  mardi 1er mai sa nouvelle directrice. Béatrice Recoussine remplace Julie Leven à la tête de l’institution au Texas.

Bretonne de naissance et Bordelaise d’adoption, Béatrice Recoussine est globe-trotteuse par voie de fait. Après un début de carrière dans un cabinet de recrutement du Sud-Ouest de l’Hexagone, elle s’expatrie avec sa famille au Maroc, où elle travaille à la direction des opérations d’une entreprise française, avant de créer sa propre société, qui propose des formations dans la communication. “En parallèle, j’ai créé en partenariat avec le consulat un pôle d’accueil pour les Français arrivant au Maroc, pour les aider à trouver du travail”, explique Béatrice Recoussine, expatriée pendant six ans à Casablanca avant de suivre son mari, muté au Texas. “Le changement a été un peu difficile pour les enfants”, qui sont scolarisés à la Dallas International School.

Arrivée aux Etats-Unis avec son mari et ses trois enfants l’été dernier, cette Française est déjà parfaitement intégrée et familière avec l’Alliance. Dès novembre, elle s’était proposée comme volontaire pour y travailler et, après trois mois de bénévolat, elle est embauchée comme salariée pour un contrat de 15 heures par semaine. Elle a ainsi eu six mois pour faire ses armes auprès de Julie Leven, directrice pendant trois ans. “J’ai vu au quotidien l’organisation des nouvelles sessions, des examens, des événements…”, explique la nouvelle directrice de l’Alliance Française, parée pour ses nouvelles responsabilités.

Enthousiaste, elle avoue qu’elle parlait “un anglais très scolaire en arrivant” et se félicite de “progresser tous les jours”. Affairée pour l’instant à l’installation logistique et à la rentrée des classes de l’Alliance Française prévue la semaine prochaine, Béatrice Recoussine a déjà quelques projets d’avenir en tête. “Aujourd’hui la priorité, c’est de trouver de nouveaux partenaires”, explique celle qui dirige une petite équipe de sept enseignants et une poignée de bénévoles. “Avec davantage de fonds, on pourrait avoir une ou deux salles de classe supplémentaires, pour satisfaire tous nos étudiants. Et pourquoi pas une salle avec une scène, pour du théâtre ou des événements.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related