Subscribe

Vers la fin des grèves ?

Aux États-Unis comme en France, différents syndicats avaient manifesté leurs revendications à travers des mouvements de grève tumultueux. Dans l’Hexagone, les étudiants et les cheminots devraient reprendre progressivement leurs activités. Un développement que pourraient aussi connaître les machinistes de Broadway.

Les perturbations qui touchaient les utilisateurs de la SNCF et des transports en commun  depuis le 14 novembre dernier touchaient à leur fin, jeudi, suite aux négociations entre les syndicats et le gouvernement. Le trafic, qui a repris progressivement vendredi pour devenir pratiquement normal durant le week-end, pourrait toutefois connaître de nouvelles tensions, à en croire l’un des responsables de la CGT-cheminot. « Le climat est à la suspension », disait Bernard Guidou, un des porte-paroles du syndicat. Pourtant, les grévistes ont noté la qualité des discussions tenues avec les autorités. « Nous avons eu des premières annonces positives et un calendrier lisible de négociations tenant compte des éléments demandés par les cheminots, tout cela est de nature à être apprécié positivement », ajoute Bernard Guidou. Le Premier ministre, François Fillon a, de son côté, félicité l’ « attitude responsable » des syndicats.

Les cheminots n’étaient pas les seuls à avoir provisoirement gain de cause. Les étudiants, qui manifestaient depuis un mois leur hostilité à la loi sur l’autonomie des universités, viennent d’obtenir du gouvernement l’augmentation de la part du budget destinée à l’enseignement supérieur. Bien que mentionnée par Nicolas Sarkozy dans sa campagne électorale, l’augmentation du budget n’avait jamais était formalisée depuis. François Fillon a encore une fois pris la parole pour annoncer, à l’issue de sa rencontre avec les présidents des universités, qu’il s’engageait à signer un accord « dans le courant de la semaine ». Cet accord devrait permettre aux facultés de bénéficier d’une hausse de 50% du budget, aujourd’hui établi à 10 milliards d’euros. Sur une échelle de cinq ans, le gouvernement devrait débloquer un milliard d’euro supplémentaire par an, portant le total de l’allocation à cinq milliards avant la fin de la législature. Si l’Unef (syndicat majoritaire auprès des étudiants) a accepté ces termes, le mouvement qui avait voulu s’unir aux cheminots pour bloquer les gares, la « coordination nationale étudiante », appelle à la poursuite de la mobilisation.

Autre pays, autre problème mais résultats similaires, les machinistes de Broadway cherchent à venir rapidement à bout des négociations avec les producteurs. Les techniciens, en grève depuis deux semaines, ont provoqué l’annulation de nombreuses  représentations dans plus de 27 théâtres de la célèbre avenue new-yorkaise. Pour pallier cette crise, la Ligue a offert une hausse salariale de 16% sur cinq ans, plus une prime de 10%. Les machinistes avaient cessé leurs activités pour s’opposer à la volonté de la Ligue  d’instaurer plus de souplesse dans les embauches et dans la durée des contrats temporaires.

Les négociations ont également repris lundi du côté des scénaristes à Hollywood. La grève, qui dure depuis le 5 novembre, a déjà pénalisé « Desperate Housewives » et « 24 heures chrono », sans oublier les très appréciés « Talk-show » américains. Le syndicat des écrivains s’est dit disposé à « reprendre les négociations » suspendues depuis treize jours.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related