Subscribe

Voter depuis l’étranger

Expatrié et citoyen

La communauté des Français de l’étranger représente aujourd’hui plus de 2 millions de personnes a travers le monde, et autant d’électeurs potentiels dont les préoccupations spécifiques suscitent à chaque scrutin une attention parfois éphémère.

L’Amérique du Nord compte plus de 185 000 ressortissants français inscrits au registre dont plus de 115000 aux États-Unis.

“La population française expatriée se sent souvent laissée de côté par les politiques, analyse Renaud Alquier, directeur de la rédaction de France-Expatriés. Les différents candidats multiplient pourtant les appels du pied en période de campagne électorale. Les promesses se portent notamment sur les prestations sociales, en vue de faciliter certaines démarches. Mais les expatriés sont souvent déçus par le peu d’avancées concrètes. Il s’agit pourtant d’une population véritablement concernée par tout ce qui se passe en France : concernée mais oubliée”.

L’assemblée des français de l’étranger (AFE)

Ces dernières années, les pouvoirs publics ont pourtant entrepris une réforme du système de représentation des Français de l’Étranger. Objectifs affichés : gagner en simplicité et en légitimité.

En 2004, le Conseil Supérieur des Français de l’Étranger est ainsi devenu l’Assemblée des Français de l’Étranger. Au-delà des considérations terminologiques, la réforme a limité le nombre de personnalités désignées au profit de représentants élus, et révisé la carte électorale pour prendre en compte l’évolution démographique de la communauté française expatriée. L’AFE compte aujourd’hui 179 membres. Douze « personnalités qualifiées » sont désignées par le ministre des Affaires étrangères, qui préside l’Assemblée. Les 155 conseillers élus pour six ans au suffrage universel direct forment le collège électoral qui désigne les 12 sénateurs représentant les Français établis hors de France. Le collège électoral est renouvelé par moitié tous les trois ans.

Les Français de l’Étranger dépendent en effet du Sénat, conformément à l’article 24 de la Constitution. “Le rôle des sénateurs représentant les Français établis hors de France est le même que celui de tout autre sénateur, mais leur circonscription est le monde entier moins la France (métropole et outre-mer), explique ainsi le site Internet du Sénat consacré aux expatriés. Ils ne représentent pas les Français de tel ou tel pays en particulier, même si, dans les faits, chaque sénateur a une ou plusieurs zones privilégiées”. À défaut de circonscription géographique, les sénateurs de l’étranger sont répartis en commissions chargées des différents domaines ayant trait à l’expatriation.

L’Assemblée des Français de l’Étranger joue le rôle de relais entre l’État et ses ressortissants expatriés : elle doit contribuer à impliquer ces Français dans la vie nationale, tout en relayant leurs attentes spécifiques auprès des pouvoirs publics.

Deux grandes associations, représentées au sein de l’AFE, sont au service des Français expatriés : l’Union des Français de l’Étranger (UFE) et l’Association démocratique des Français de l’Étranger (AFE) défendent les intérêts des expatriés auprès des autorités locales et des services français. L’UFE, créée en 1927, se veut apolitique tout en restant généralement proche de la majorité de droite. L’AFE, créée en 1981, n’est « liée à aucun parti politique mais réunit toutes les sensibilités de la gauche républicaine».

Le vote

Dans le sillage de la réforme concernant l’Assemblée des Français de l’Étranger, les démarches électorales ont également été modifiées, pour gagner en simplicité et impliquer davantage les électeurs de l’étranger. En 2005, la liste électorale de l’AFE a ainsi fusionné avec la liste permettant aux expatriés de voter pour les deux types de scrutins autorisés depuis l’étranger : les élections présidentielles et le référendum, à condition d’être immatriculé au consulat. Les Français de l’étranger ne peuvent voter pour les autres scrutins que s’ils sont inscrits sur les listes électorales en France : ils devront alors se déplacer, voter par correspondance ou par procuration.

NB : si vous êtes inscrit à la fois sur la liste électorale d’une commune et sur la liste électorale consulaire, il vous faut préciser à la chancellerie consulaire, avant le 30 décembre de l’année précédant l’élection, si vous souhaitez voter en France ou à l’étranger.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *