Subscribe

YEi’10 : trois lauréats à l’honneur

Lundi 30 août, trois des dix lauréats de la « Young Entrepreneurs Initiative » (YEi) 2010 ont été honorés à la chambre de commerce franco-américaine de San Francisco. Une première étape pour ces jeunes chercheurs basés en Californie, qui bénéficient désormais d’un soutien de poids pour s’implanter en France.

Enjeu capital de la réforme universitaire française, le partage des savoirs et de l’expérience entre les universités des deux pays trouve tout son sens avec la « Young Entrepreneurs Initiative ». Pierre Garrigues, Julien Mamet et Gareth Dobson ont été diplômés en France avant d’intégrer le domaine de la recherche universitaire aux États-Unis. En présence de Romain Serman, nouveau consul général de France à San Francisco, les trois jeunes chercheurs ont reçu leur prix de lauréat YEi’10, au cours d’une réception abritée par la chambre de commerce franco-américaine. Lancée en 2005 par l’ambassade de France aux États-Unis, l’initiative a pour but de soutenir et d’encourager les jeunes entrepreneurs sur le territoire américain, afin de leur permettre de lancer un projet novateur de l’autre côté de l’Atlantique.

Parmi les trois vainqueurs de cette cinquième édition, Julien Mamet mesure toute la difficulté à laquelle il a dû faire face. Pour ce chercheur originaire d’Annecy, en Haute-Savoie, l’aventure commence en octobre 2007. Seul, il crée sa start-up qu’il choisit de baptiser Adynixx, Inc. Son créneau : le développement d’un analgésique traitant les causes profondes de la douleur, sans se contenter d’en gérer les symptômes. « C’est un challenge financier et thérapeutique, avoue-t-il. Car on démarre avec 5 % de chance de faire fructifier le projet. C’est un risque énorme mais si ça marche, ça carbure ». Un projet dans lequel il n’aurait pu se lancer en France. « Le niveau des universités françaises est excellent, assure-t-il néanmoins. Mais il n’y a pas assez d’interactivité entre le public et le privé. En France, il faut être connu pour que l’on s’intéresse à vous. Ce n’est pas le cas aux États-Unis, où l’on trouve toujours une audience ». Preuve faite en juillet dernier, quand Julien Mamet a trouvé un nouvel investisseur permettant à Adynixx, Inc. de continuer sereinement ses travaux.

Diplômé de l’École polytechnique en 2003, Pierre Garrigues a quant à lui poursuivi ses études à l’UC Berkeley. Tout en décrochant un doctorat d’ingénieur électronique et informatique en mai 2009, il travaille au sein de la start-up IQ Engines, Inc. qui cherche à transformer les images en revenu. Pour cela, la société se penche sur la mise au point d’une nouvelle technologie. Cette dernière permet d’extraire de façon automatique des annotations pour images et vidéo provenant de plateformes mobiles ou web, et de les associer à des sites de e-commerce et à de la publicité contextuelle.

Gareth Dobson, détenteur d’un doctorat en chimie analytique obtenu à l’université Paris VI en 2004, a également été honoré. Avec l’entreprise Analytical Instruments, il œuvre de son côté pour l’amélioration de la détection d’explosifs et de menaces chimiques. À l’aide de capteurs innovants et d’équipements analytiques, l’objectif est d’éliminer les fausses alertes.

Tandis que la réception du 30 août dernier a mis un point final à la cinquième édition, le concours YEi’11 est déjà dans les starting-blocks. Quarante-six lauréats sur cent soixante-quatorze candidats ont déjà investi le marché français grâce au programme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related