Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Zachary Richard, le roi Cajun

Alors que le Congrès mondial de l’Acadie vient de prendre fin, l’artiste Zachary Richard continue à élever la voix pour la défense de la langue française. Portrait de ce militant aux racines cadiennes, né en Louisiane.

Vendredi 15 août, l’Acadie célébrait sa fête nationale. Partout au Canada et aux Etats-Unis, divers événements ont été organisés. Dans le Maine se déroulait la soirée de clôture du Congrès mondial de l’Acadie, avec la montée sur scène de nombreux artistes francophones comme Roch Voisine ou Lisa LeBlanc. 10 000 personnes étaient rassemblées pour le tintamarre, cette tradition qui consiste à faire le plus de bruit possible afin de montrer la vitalité de l’Acadie, ancienne colonie de la France, où la langue française tente de subsister. En tête d’affiche du festival de musique, le chanteur et compositeur Zachary Richard, surnommé “le roi Cajun”.

Grand défenseur de la francophonie, Zachary Richard, 63 ans, résiste en chansons à l’envahisseur anglais. Né à Scott, un petit village près de Lafayette en Louisiane, il a été élevé dans la langue française au sein d’une des dernières familles unilingues de la région. En 1972, il s’installe à New York pour lancer sa carrière de chanteur compositeur. Multiinstrumentaliste, ses influences cadiennes sont très présentes dans sa musique. La Louisiane n’est pas encore prête, à l’époque, à accueillir l’artiste. Zachary Richard s’installe alors à Montréal, au Québec, où il réalise deux albums certifiés disques d’or. Il retourne dans sa région natale pour produire de nouveaux albums, en anglais cette fois, et obtient la reconnaissance de ses pairs. Un voyage en Acadie en 1995 l’encouragera à renouer avec sa langue maternelle.

Le français sert sa cause ; la défense des minorités francophones du Québec, de l’Acadie et bien sûr de la Louisiane. Militant, lorsque le Conseil pour le développement du français (Codofil) a vu son budget réduit, passant d’un million à 100 000 dollars, il hausse le ton et dénonce le soutien artificiel à la langue française en Louisiane. “C’est bien d’avoir le français parce qu’on aime la bonne cuisine et que c’est bon pour le tourisme, mais mon point de vue, c’est que la langue française est un droit institutionnel. En 1920, la Constitution de la Louisiane a écarté la langue française”, se révolte cet historien de formation. Après le passage dévastateur de l’ouragan Katrina, Zachary Richard fait preuve de solidarité et collecte des fonds pour les victimes du sinistre avec acharnement.

Ecologiste convaincu, il crie son désarroi face à l’inconscience des êtres humains dans ses textes. La Ballade de Jean Batailleur, chanson la plus célèbre de Zachary Richard a été composée suite au premier Congrès mondial acadien il y a 20 ans, à Montréal. Elle symbolise pour l’artiste la lutte interne de l’homme entre ses tendances autodestructrices et l’espoir.

Chaque été, France-Amérique propose une sélection de cinquante Français qui, dans les domaines les plus divers, font bouger l’Amérique. Découvrez le numéro double d’été en cliquant ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related