Patrimoine

La résistance des dialectes français aux Etats-Unis

L’assimilation et les interdits ont poussé les francophones à abandoner leur langue au début du XXe siècle. Aujourd’hui, des passionnés luttent pour leur survie. Le paw paw, dialecte des premiers colons français du Midwest, est enseigné dans le Missouri par un jeune linguiste américain bien décidé à le faire perdurer. Avant lui, d’autres dialectes français de Louisiane ou du Maine ont connu des destins similaires. De la répression à la préservation, les dialectes français font de la résistance.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Au Congrès Mondial Acadien en 2014. © Twin Bridges Photography

Campé sur les hautes terres de l’Ozark, au cœur du Missouri, la petite ville d’Old Mines, peuplée par les descendants de colons français à la fin du XVIIe siècle, abrite un bar et une église. Sur un panneau jouxtant ces deux institutions de la ville, on peut lire « Bienvenue à La Vieille Mine ». Dans cette bourgade de l’ancienne Louisiane française – qui s’étendait à l’époque à l’Illinois, au Missouri et à l’Indiana – une poignée d’habitants se distinguent de leurs compatriotes anglophones par leur phrasé et leur accent des plus exotiques.

Le paw paw : un dialecte français du Missouri

Le français du Missouri est une sorte de vieux normand et de vieux breton mêlé de cajun et prononcé à la québécoise et, assimilation oblige, aujourd’hui teinté d’américain. A Old Mines, comme au Québec, la « voiture » est un « char ». En ce moment, il fait « fraitte » (« froid ») et bien souvent, « ça fait mouier » (« il pleut »). Surnommé paw paw, le Missouri French tire son nom d’un petit fruit local.

Selon les linguistes et les natifs de la région, ces héritiers des colons francophones venus du Canada et de Louisiane par la vallée du Mississippi jusque dans « le pays des Illinois » il y a trois cents ans pour travailler dans les mines de plomb et de charbon, ne seraient aujourd’hui plus qu’une trentaine à parler le paw paw couramment. Dans les années 1920, le linguiste Joseph-Médard Carrière dénombrait six cents familles parlant le paw paw au quotidien. Et, selon une étude, on comptait encore un millier de locuteurs dans les années 1980.

La disparition de ce dialecte est largement liée à la stigmatisation des langues francophones au début du XXe siècle. « Le paw paw était assimilé à une certaine ignorance et un manque d’éducation : on s’est progressivement interdit de le parler », explique Joseph-Edward Price, professeur assistant de français et de linguistique appliquée à la Texas Tech University et spécialiste des dialectes francophones. « A une époque, on punissait les élèves qui le parlaient en leur tapant sur les doigts. »

Certains, pourtant, refusent de considérer l’extinction programmée du paw paw comme une fatalité. C’est le cas de Nathanael Cruise Alire, 21 ans, originaire de Denver dans le Colorado et étudiant en linguistique. Passionné par ce dialecte français du Missouri, il a créé l’organisation à but non lucratif Illinois Country French Preservation. Avec son partenaire Brandon Curry, co-fondateur de la Harvest Education, une start-up spécialisée dans les services d’éducation et de formation, ils ont offert les premiers cours de paw paw l’été dernier à Sainte-Geneviève, une ville du Missouri fondée au milieu des années 1730 par des Canadiens français.

« Nous avons eu une quinzaine de participants réguliers, à raison de deux cours hebdomadaires durant cinq semaines. Le plus jeune étudiant avait 12 ans, l’aîné 93. Nous allons renouveler l’opération l’été prochain », se réjouit Nathanael, qui a lui-même appris le paw paw auprès d’un natif d’Old Mines, Kent Bone. « Je n’ai aucune origine francophone. Ma famille est d’origine hispanique, du nord du Nouveau-Mexique. Mais culturellement, je trouve beaucoup de similarités entre mon peuple et les gens d’Old Mines, malgré le fait que les uns soient francophones et les autres hispanophones. »

Reboiser la forêt à partir d’une petite souche, c’est aussi l’espoir de l’historien et musicien Dennis Stroughmatt. Lui a grandi à Vincennes, dans l’Indiana, où il a été exposé au créole français et à sa musique folklorique. Pour explorer davantage les traditions, il a passé trois ans à Old Mines dans les années 1990. Il est depuis devenu un ambassadeur du dialecte à travers les chansons. « J’aime transmettre de vieilles histoires en français qui m’ont été racontées par un ancien conteur de La Veille Mine, Pete ‘Paco’ Boyer », explique-t-il. « Sans la musique et l’art […], sans histoires, on perd notre culture et, en fin de compte, notre langage. »

L’acadien, l’héritage français du Maine

D’autres exemples d’érosion des dialectes francophones ont aussi pour cause la discrimination, voire la criminalisation des locuteurs à une certaine époque. Ce fut le cas de l’acadien, dans l’Etat du Maine où se sont établis les colons français dès 1600. Découvert par l’explorateur français Samuel de Champlain au début du XVIIe siècle, le Maine faisait partie de l’Acadie française jusque dans les années 1750, avant de passer sous gouvernement anglais. Cette première influence française a été renforcée par l’immigration au XIXe siècle d’un million de Canadiens français à la recherche de meilleures conditions de vie.

Tout au nord, dans la vallée supérieure du fleuve Saint-Jean, la concentration de natifs francophones parlant l’acadien atteint aujourd’hui un record américain au prorata de la population : 84 % des 4 035 habitants de Madawaska parlent le dialecte français, selon un récent recensement de 2013. Mais cette vigueur ne doit pas faire oublier que, dès 1919 et jusque dans les années 1960, une loi a interdit l’usage du français dans les écoles publiques. Au début du siècle, le Ku Klux Klan avait aussi déclaré la guerre aux francophones et aux catholiques de Nouvelle-Angleterre.

Le professeur Joseph-Edward Price, auteur d’une étude sur la communauté bilingue canado-américaine du Maine, constate qu’aujourd’hui encore, bon nombre de ses locuteurs « optent pour l’anglais même lorsqu’ils ont le choix, par exemple lorsqu’ils se rendent au Québec, par gêne ou parce qu’ils ont l’impression que leur français n’est pas le bon français ».

Du fait de la proximité des communautés d’Acadie, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Ecosse inclus, avec l’océan Atlantique, la langue puise dans le vocabulaire marin. On dit par exemple en acadien « Hale une chaise » (Prends un siège, au sens d’ « amarrer »). Plusieurs initiatives existent pour documenter et promouvoir l’acadien, notamment au sein du Centre franco-américain de l’Université du Maine, dont la mission est d’étudier le fait franco-américain du Maine et aux Etats-Unis. L’objectif des défenseurs de l’acadien est aujourd’hui de favoriser les structures d’enseignement du français dans les écoles et les universités dans un contexte de coupes budgétaires.

L’Université du Maine a récemment supprimé l’enseignement du français en raison du nombre insuffisant d’étudiants dans les classes mais d’autres initiatives ont été lancées dans le Maine, comme l’Ecole française du Maine à South Freeport qui propose une immersion en français aux enfants de familles franco-américaines, ou le Centre de l’héritage franco-américain à Lewiston, une vitrine pour l’art et la culture francophones.

Le français de Louisiane

A l’autre bout du pays, dans les terres de Louisiane, le français a été prédominant dès l’arrivée des colons en 1700 mais l’adoption d’une nouvelle Constitution en 1921, destituant le statut du français l’a rendu indésirable, voire illégal. Une anecdote raconte à merveille l’embarras que le français et ses dialectes ont pu représenter à une certaine période de l’histoire.

Après des décennies de répression, au moment de relancer le fait français en Louisiane en fondant le CODOFIL (Conseil pour le développement du Français en Louisiane) en 1968, le député démocrate d’origine Cajun James Domengeaux s’opposa à l’enseignement du français cadien (ou cajun) au profit du français européen : « Imaginez, enseigner le cadien, ce serait comme enseigner l’anglais redneck [la langue des ploucs des campagnes] », déclara-t-il à l’époque.

Selon le Bureau américain du recensement, 150 000 Louisianais (3,5 % de la population) disent aujourd’hui parler le français ou le français créole à la maison. Historiquement, on distingue trois dialectes français en Louisiane : le Colonial French, parlé à l’époque par les Français de France constituant la classe supérieure et propriétaire, le Modern Louisiana French, parlé par les Acadiens arrivés en Louisiane après la guerre de Sept ans, et le Louisiana Creole French, un dialecte populaire dérivé du français colonial mais grammaticalement plus proche du créole haïtien.

S’y ajoute le Français cadien, une langue dérivée du français des colonisateurs, parlée avant l’arrivée des Acadiens, et qui a, au fil du temps, incorporé des mots d’africain, d’espagnol, de langue indienne et d’anglais. Cette langue est encore parlée de nos jours par différentes tribus indiennes comme les Houmas, les Biloxi, les Choctaw et les Chitimacha.

Le paw paw et ses défenseurs sont donc bien entourés pour continuer de porter haut les couleurs des dialectes francophones aux Etats-Unis. Espérons que ses locuteurs puissent proclamer dans quelques siècles encore, peut-être : « On est toujours icitte ! »


Article publié dans le numéro de mars 2016 de France-AmériqueS’abonner au magazine.

couv-cover-france-amerique-fevrier-february-2021 (1)

Le meilleur de la culture française

Publiée dans un format bilingue, en français et en anglais, la revue France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter