Subscribe

Are the “Yellow Vests” Vandals or Militants?

The sharp increase in fuel prices in recent months has sparked a protest movement in France known as the gilets jaunes or “yellow vests.” In a climate reminiscent of 1789, demonstrators and the police have clashed in Paris and other cities across France. But to what extent can we compare the two eras? On July…

Subscribers Only

To be able to access this article,
log in or subscribe to France-Amérique.

  • Cher Monsieur Sorman, tous les “gilets jaunes” que je connais sont des pacifistes, des gens qui veulent travailler et subvenir aux besoins de leur famille. Je ne sais pas qui étaient les casseurs, mais il ne s’agissait sûrement pas des gilets jaunes qui réclament un peu de justice sociale. Non seulement la possibilité de rouler en voiture mais surtout ne plus être traités avec arrogance et mépris.

  • Le pouvoir d’achat : le maître-mot ! Le problème et l’origine du mécontentement est plus simple qu’il paraît : le nombre de pauvres en France suit une courbe exponentielle inversement proportionnelle à celle des riches. Exemple : quand Carlos Ghon gagne 45 000 € par jour, il faudra suer sang et eau durant près de quatre ans pour un pauvre afin qu’il ait gagné la même somme. Mais il aura accumulé des dettes, il sera souvent même super endetté, souvent interdit bancaire et de plus il vivra dans des conditions de logement et d’alimentation indignes pour la France et sa vie aura été un cauchemar. Comprenez enfin que seules des solutions à court terme, et d’autres à moyen terme, peuvent permettre aux gilets jaunes de ce type de s’en sortir. Trouver l’argent, actuellement gaspillé pour des causes plus que discutables et qui coule à flot, et le réinjecter de façon intelligente pour élever nettement le pouvoir d’achat des plus humbles est la priorité numéro un ! Elle ne nuit en rien à la transition écologiste si l’on y réfléchit bien, tout au contraire.

  • Ne pas confondre des mouvements de protestation avec un profond malaise du peuple français. Il y a eu plusieurs révolutions après 1789 dues à la royauté qui voulait instituer des privilèges à une certaine classe de la société. Nous sommes en République actuellement. C’est vrai que des mouvements contestataires comme en 1936, 1968 et autres ont fait penché la balance démocratique du côté du peuple. La République en France doit être démocratique mais quand un gouvernement se permet de flouer le peuple en augmentant les taxes et que le peuple n’en peut plus de vivre, il explose. Depuis des siècles en France les peuples se révoltent quand ils trouvent que trop c’est trop.

  • Ce que vous appelez le marais est l’autre nom d’un centre qui est le thuriféraire de la mondialisation néo-libérale et de son cortège de fripons, comme ce chanteur qui gagne son argent en France et le défiscalise en Belgique. Il est beau votre monde dans lequel une élite polyglotte vit dans un archipel urbain mondialisé, permettant aux uns et aux autres de se déplacer là où le fisc est le moins regardant. Par ailleurs, votre vision des gens est assez symptomatique d’une caste qui considère, à l’instar de Gustave le Bon, la population comme une foule manipulable constituée de vandales alcooliques (autrement dit des idiots) et d’idéologues extrémistes. Mais faut-il s’étonner d’un point de vue aussi méprisant ?

  • Les gens qui cassent tout sont des vandales. En plus ils cassent les voitures et les entreprises de gens normaux qui sont eux aussi affectés par le prix du pétrole.

  • En partie d’accord avec l’article. Je me permettrai cependant trois remarques :
    1) La société américaine est faussement libérale : outre qu’elle est fondamentalement communautariste et racialiste (donc raciste), elle est profondément inégalitaire sur le plan social et extrêmement répressive sur le plan législatif : 25% des personnes incarcérées sur terre sont incarcérées aux USA, parfois sans raison valable. En outre la censure du nu sur Facebook et même désormais Tumblr indiquent un retour en force du puritanisme, qui avait reculé dans les années 70 et 80.
    2) Les gens qui manifestent contre Macron comprennent très bien sa politique, c’est-à-dire l’ultralibéralisme néo-thatchérien dont on connaît les effets destructeurs, en particulier depuis 2008.
    3) Macron n’est guère plus républicain que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Son quinquennat a été marqué dès le début 2018 par un virage antirépublicain (discours effarant sur les banlieues) et il est clair qu’il n’a aucune vision de la République et de laïcité, qu’il ne cherche même pas à défendre (contrairement à ce qu’il avait dit vouloir faire lors de la campagne de 2017). En outre il y a chez LREM un mépris de caste totalement inédit sous la 5e République, une incompréhension et un mépris non dissimulé des classes moyennes et populaires, ce qu’on avait jamais vu auparavant même chez les autres partis de droite. Les insultes répétées de Macron et ses proches envers les “Gaulois réfractaires” me font penser au langage des royalistes sous l’ancien régime et au XIXe siècle : cela un joué un rôle aussi important que l’injustice fiscale dans la crise des GJ.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related