Art

Hopper à Paris : la naissance d’un maître

En octobre 1906, Edward Hopper s’installe dans la capitale française : un rêve pour le peintre de 24 ans. Peu connues du grand public, ses toiles made in France devaient faire l’objet d’une exposition à la Phillips Collection de Washington D.C. à partir du 23 mai. Un projet menacé par l’actuelle pandémie de coronavirus ayant entraîné la fermeture des lieux culturels. Qu’à cela ne tienne ! France-Amérique a rassemblé pour vous les toiles de cette exposition à admirer depuis votre salon !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Notre Dame, No. 2, 1907. © Whitney Museum of American Art, New York

[Mise à jour : L’exposition Hopper in Paris aura lieu à la Phillips Collection de Washington D.C. du 8 octobre 2020 au 10 janvier 2021.]

Le peintre qui arrive à Paris est innocent et sévère. Il vient d’achever ses études à la New York School of Art, admire Courbet, Manet et Daumier et dédaigne les artistes bohémiens. Par le biais de ses parents, des baptistes de la vallée de l’Hudson, il a trouvé une chambre chez une veuve au 48 rue de Lille, dans le 7e arrondissement.

edward-Hopper-paris-Stairway-rue-Lille
Stairway at 48 Rue de Lille, Paris, 1906. © Whitney Museum of American Art, New York
edward-Hopper-paris-Interior-Courtyard
Interior Courtyard at 48 Rue de Lille, Paris, 1906. © Whitney Museum of American Art, New York

Hopper est au paradis. Il visite le Salon d’automne moins d’une semaine après son arrivée à Paris. Il trouve les compositions de Cézanne « très fines », mais s’éprend des œuvres de Félix Vallotton et d’Albert Marquet, deux peintres qui auront une grande influence sur son travail. A la même période, un ami américain lui fait découvrir les toiles de Sisley, Renoir et Pissarro.

A la manière des peintres impressionnistes, Hopper travaille en plein air. Il déambule le long des quais, se perd dans le Quartier latin, dessine les dames en crinoline, les hommes en chapeau haut-de-forme, les prostituées et leurs souteneurs dans les cafés de Belleville, les soldats au garde-à-vous, les agents de police drapés dans leur pèlerine, les ouvriers qui jouent aux cartes, les bateliers sur la Seine.

La géométrie de Paris

Hopper « passe le [premier] mois à travailler avec ses yeux », écrit l’historienne de l’art Gail Levin dans sa biographie du peintre. Dans une lettre à sa mère, il décrit la géométrie de Paris, les toits d’ardoises et de zinc, les cheminées, cette couleur gris-bleu qui semble envelopper la ville les jours de pluie. « Ce que voyait Hopper était souvent plus important pour lui que les gens qu’il rencontrait ou ce qu’il faisait. »

Le peintre réserve le fusain, l’encre et l’aquarelle aux études et aux scènes de rue : c’est à l’huile qu’il affine son style. Il peint d’abord des sujets familiers  la cage d’escalier chez sa logeuse, la cour de l’immeuble  avant de s’essayer, à partir du printemps 1907, aux monuments parisiens : la cathédrale Notre-Dame, le palais du Louvre, le pont des Arts, les bateaux-lavoirs amarrés au pied du pont Royal.

Le Pont des Arts, 1907. © Whitney Museum of American Art, New York

Le Paris d’Hopper est abandonné, dépourvu d’identité et fragmenté, inspiré par le cubisme. Les quelques personnages se confondent dans la pénombre, dans l’architecture d’un pont métallique. Le peintre américain adopte les paysages désertiques et le cadrage asymétrique du photographe français Eugène Atget, dont il découvre le travail en France.

Le Parc de Saint-Cloud (1907) et L’Ile Saint-Louis (1909) « annoncent ses toiles les plus matures et les plus connues », explique Elsa Smithgall, conservatrice en chef de la Phillips Collection. « On retrouve le même contraste dramatique entre la lumière et l’obscurité, la même fascination pour les formes géométriques et les thèmes symbolistes. »

Ses peintures vilipendées par la critique américaine

De 1906 à 1910, le peintre effectuera trois séjours en France. Ses œuvres parisiennes – une quarantaine de peintures à l’huile, une trentaine d’aquarelles et un grand nombre de croquis – seront pourtant dénigrées par les critiques américains. L’heure est à l’art national et Hopper est condamné pour ses influences étrangères. C’est dans ce contexte qu’il affirme, « Paris n’a eu aucune influence immédiate sur moi ».

Le Parc de Saint-Cloud, 1907 © Whitney Museum of American Art, New York

En public, le peintre rejette ses années parisiennes et tourne son regard vers les totems de l’américanité : les paysages de la Nouvelle-Angleterre, les grandes villes, les stations-service. Mais Hopper, fier de ses racines huguenotes, restera francophile toute sa vie. Il séduira sa femme en lui récitant un poème de Verlaine et rendra hommage dans sa dernière toile, Two Comedians (1966), au célèbre film Les Enfants du paradis de Marcel Carné.

« Je ne crois pas qu’il existe sur terre une autre ville aussi belle que Paris », écrit-il à sa mère en 1906, « ni un peuple qui apprécie le beau autant que les Français ».

Bridge and Embankment, 1906.© Whitney Museum of American Art, New York
Ile Saint-Louis, 1909. © Whitney Museum of American Art, New York
Le Quai des Grands Augustins, 1909. © Whitney Museum of American Art, New York
edward-Hopper-paris-bridge
Bridge in Paris, 1906. © Whitney Museum of American Art, New York
Le Pavillon de Flore, 1909. © Whitney Museum of American Art, New York
Les Lavoirs du Pont Royal, 1907. © Whitney Museum of American Art, New York


Article publié dans le numéro de mai 2020 de France-Amérique. S’abonner au magazine.

couv-cover-france-amerique-fevrier-february-2021 (1)

Le meilleur de la culture française

Publiée dans un format bilingue, en français et en anglais, la revue France-Amérique s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la culture française et à l’amitié franco-américaine.

Déjà abonné ? Se connecter