Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

“L’Hermione” salue la Statue de la Liberté pour la fête nationale américaine

La frégate “L’Hermione” a salué samedi la Statue de la Liberté à New York, point d’orgue symbolique de son voyage, à l’occasion de la fête nationale américaine célébrant l’indépendance du pays le 4 juillet 1776.

La réplique du trois-mâts de La Fayette, symbole de l’amitié franco-américaine, a salué la Statue aux environs de midi, entourée d’une flottille de dizaines de bateaux qui l’avaient auparavant rejointe près du pont du Verrazano, dans la baie de New York. Tous ont ensuite fait route ensemble vers l’île de la Statue de la Liberté, autre symbole de l’amitié franco-américaine puisqu’elle a été donnée par la Franceaux Etats-Unis en 1884.

Le passage près de la Statue, saluée par deux avions F18 de l’armée américaine, et un jet de lances de pompiers, était le point d’orgue symbolique du voyage américain de L’Hermione, entamé le 5 juin à Yorktown. Les ministres français de l’Ecologie Ségolène Royal et de la Défense Jean-Yves Le Drian y ont assisté depuis un bateau des garde-côtes, le “Sturgeon Bay”, avant que L’Hermione n’effectue une boucle sur la rivière Hudson, qui longe Manhattan par l’ouest. Elle devait ensuite jeter l’ancre pour la nuit sur la petite île de Governors island.

Symbole fort

“Cette image de L’Hermione à New York devant la Statue de la Liberté, nous l’attendions depuis plus de vingt ans. Elle a été plus belle encore que ce que nous avions imaginé”, a déclaré Benedict Donnelly, président de l’association Hermione-La Fayette, exprimant son “immense gratitude pour tous ceux qui nous ont aidés à être aujourd’hui à New York”.

L’Hermione, dont la construction à Rochefort a pris 17 ans, est la réplique exacte du trois-mâts à bord duquel le jeune marquis de La Fayette était venu en 1780 apporter le soutien de la France aux insurgés américains contre l’Angleterre, un an avant la bataille décisive de Yorktown à l’automne 1781. “L’Hermione était venue ici pour que l’Amérique obtienne son indépendance”, a rappelé le commandant du trois-mâts Yann Cariou. “On l’y a aidé. On est là pour célébrer cet anniversaire de l’indépendance, il ne peut pas y avoir de symbole plus fort”, avait-il ajouté mercredi à l’arrivée de L’Hermione à New York.

La frégate, partie de France le 18 avril, était arrivée à Yorktown le 5 juin. Elle avait ensuite remonté la côte est des Etats-Unis, faisant escale à Mount Vernon près de Washington, Annapolis, Baltimore et Philadelphie, hauts lieux de la révolution américaine. A New York, pendant trois jours de festivités, des milliers de personnes ont pu visiter le majestueux trois-mâts, amarré au pied des gratte-ciel au Pier 15, au sud de Manhattan.

Les amateurs ont aussi pu (re)découvrir l’histoire de La Fayette “l’enfant général”, à la faveur d’une exposition au musée de la New York historical society, ouverte jusqu’en octobre. La frégate a aussi servi de cadre à la remise de la légion d’honneur à plusieurs vétérans américains, par le ministre français de la Défense vendredi.

Après les célébrations du 4 juillet, L’Hermione devait reprendre sa route vers le nord. Elle fera encore escale à Greenport, Newport, Boston, Castine, Lunenburg au Canada, avant l’archipel français de Saint-Pierre et Miquelon, au sud de Terre Neuve. Elle retraversera ensuite l’Atlantique direction Brest, où elle est attendue le 10 août, avant son retour à Rochefort à la fin août.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related