Subscribe
piaf-the-show-ad-anne-carrere-edith-carnegie-hall-new-york

Tu ne diras plus hashtag !

La francisation de termes anglais est parfois réussie. Ainsi, on utilisera volontiers l’expression “mémoire vive” et le terme “numérique” à la place de “random access memory” et “digital”. Mais certaines traductions sont moins glorieuses, comme “nouveau terminal mobile de poche” pour designer un smartphone. Explications avec Dominique Mataillet, amoureux de la langue et chroniqueur de notre rubrique magazine “Le français tel qu’on le parle”.

Je me suis offert un nouveau terminal mobile de poche. Si un ami vous tient un tel propos, il vous faudra peut-être un peu de temps  pour comprendre qu’il parle d’un smartphone.

C’est pourtant le terme que préconise la Commission de terminologie et de néologie, un organisme rattaché aux services du Premier ministre français et qui veille au bon usage de la langue française. Pour éviter que dans les domaines en perpétuel mouvement les professionnels ne soient tentés de recourir à des termes importés, ladite Commission encourage l’adaptation du vocabulaire français et l’emploi de mots nouveaux. Une fois retenus, ces derniers sont publiés au Journal officiel. Ce qui signifie que l’administration est tenue de les utiliser. En espérant que le grand public suivra.

L’informatique et Internet, sources d’innombrables emprunts à l’anglais, sont particulièrement concernés. Evidemment, cela ne marche pas à tous les coups. Quand la Commission a proposé de remplacer buzz par “ramdam“, les commentaires moqueurs ont déferlé sur les réseaux sociaux. Son idée de traduire blog par “bloc-notes” n’a pas déchaîné l’enthousiasme. Au point que tout récemment, le 16 septembre, elle est revenue à la charge et a proposé “blogue“.  Il n’est pas impossible que ce dernier finisse par entrer dans les mœurs.

Outre “blogue“, la Commission de terminologie dresse ce même 16 septembre toute une liste de mots censés remplacer de méchants anglicismes. Il ne faudrait plus parler de thumbnail (pour désigner une image dont la taille a été réduite par rapport à l’original), mais “d’imagette“. Une personne qui suit les discussions sur un forum ou un blogue (sic) sans apporter de contribution doit être appelée “fureteur” et non lurker. Plutôt que webconférence, on dira cyberconférence – le préfixe “cyber, tiré de kubernêtikê, qui signifie “gouvernail“, ayant la vertu d’être d’origine grecque.

Sur la liste, on trouve encore carrousel pour cover flow-like design, “aide au dépannage” ou “traitement des incidents” pour troubleshooting. Sans oublier “arrière-guichet en remplacement de back office. Cette dernière recommandation a, semble-t-il, fait beaucoup rire les utilisateurs d’Internet.

En 2013, la Commission de terminologie, toujours elle, avait retenu “mot-dièse” pour le fameux hashtag des réseaux sociaux en le définissant ainsi : “Suite signifiante de caractères sans espace commençant par le signe # (dièse), qui signale un sujet d’intérêt et est insérée dans un message par son rédacteur afin d’en faciliter le repérage“. Certains puristes ont tiqué, arguant que le symbole utilisé dans les messages Twitter désigne un croisillon, le dièse devant rester un signe propre au solfège. N’aurait-il pas mieux valu emboîter le pas des Québécois, qui ont récemment renommé les hashtags mots-clics” ?

Quel que soit l’avenir de ces nouveaux mots, il est des cas de francisation réussis. On parle désormais plus souvent de “numérique” et de “mémoire vive que de digital et de random access memory.  “Logiciel” a depuis belle lurette supplanté software. Et si computer a pénétré toutes les langues sauf le français, qui a  adopté dès la fin des années 1950 “ordinateur“, un synonyme d’ordonnateur tombé en désuétude, il y a probablement au moins deux raisons. L’appareil en question, d’abord, est apparu en France à peu près en même temps qu’aux Etats-Unis. Avant, donc, l’arrivée de la vague d’américanismes liés à son utilisation. Le mot computer, ensuite, sonne mal en français, surtout quand on le lit ou le prononce (à la française) en détachant les syllabes…

Une remarque : les termes cités sont des créations ou des recyclages lexicaux et non des traductions mot à mot ; “toile“, par exemple, peine à se substituer à web.  La recette du succès ? Le mot proposé doit être court, amusant et paraître innovant. C’est le cas de courriel. D’origine québécoise, ce mot valise formé à partir de courri(er) et él(ectronique) est en mesure de concurrencer l’anglais e-mail. Il a d’ailleurs été adopté par la Commission de terminologie française dès 2003. Mais  “clavardage” (contraction de clavier et de bavardage), autre néologisme québécois, peine à trouver sa place face à l’anglais chat. De même que “causette“et “dialogue en ligne“, préconisés en France, ne semblent guère prisés des internautes.

On compte beaucoup d’autres échecs en la matière. “Mouchard” et “canular” n’ont pas supplanté cookie et hoax. Hacker résiste à “fouineur“. Le “filoutage” et le “hameçonnage” ne paraissent pas capables de détrôner le phishing. Quant à l’”arrosage“, proposé en lieu et place de spamming, il continue à évoquer le jardinage plus que le courrier indésirable. Une fois encore, les Québécois se montrent plus subtils avec le mot-valise “pourriel“.

Il arrive aussi que des mots français tout simples trouvent une nouvelle vie. “Navigateur” et “pirate” ont presque fait oublier browser et cracker. “Liseuse” l’emporte sur e-book reader. On utilise désormais plus la locution “moteur de recherche” que son équivalent anglo-américain search engine.

Reste le cas de smartphone. Il y a quelques années, la Commission de terminologie avait imaginé “ordiphone“. Un beau flop ! Le métier de terminologue n’est pas une sinécure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related