Je m'abonne

Être ou ne pas être politiquement correct

Peut-on encore enseigner Mark Twain, dont le héros est un "nègre", dès l’instant où le mot est banni ? Que dire des albums d'Hergé et leur représentation grotesque des femmes, des juifs, des noirs et des arabes ? Aux Etats-Unis comme en France et ailleurs, là où des mouvements populistes bousculent les normes intellectuelles et…

Subscribers Only

To be able to access this article,
log in or subscribe to France-Amérique.

  • Je me permets de ne pas être d’accord. La liberté d’expression ne se négocie pas. Bien qu’il soit important d’être gentil et attentionné avec tout le monde, il faut, pendant cette période sensible et décisive, protéger les libertés. Egale dignité n’est pas un droit. La purification du langage c’est tyrannique et peut être abusé.

  • La phase « Les Blancs ont bien exploité les Noirs » suffit en soi à montrer le caractère arbitraire du politiquement correct, car toute personne connaissant l’histoire de l’esclavage sait que la traite des noirs a plus été pratiquée par les Arabo-musulmans que par les Occidentaux, pendant une période beaucoup plus longue et d’une manière encore plus atroce, or jamais un partisan du politiquement correct ne dira « les Arabes ont exploité les Noirs et d’autres populations »… Aveu d’ignorance ou de manipulation. La preuve que le politiquement correct est une grossière manipulation, c’est qu’il prétend défendre des minorités alors qu’il ne « défend » (les guillemets sont essentiels) que certaines minorités dans un nombre limité de pays (occidentaux, en l’occurrence). Les autistes par exemple ne sont jamais « défendus » par les tenants du politiquement correct, alors qu’ils subissent plus de discrimination que n’importe quelle autre minorité en Europe. Et seules les minorités des pays occidentaux sont concernées… Alors que les minorités d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie (yézidis et chrétiens au Moyen-Orient, blancs au Zimbwawe et en Côte d’Ivoire, homosexuels en Afrique et au Moyen-Orient, musulmans en Inde et en Chine) subissent ou ont subi des discriminations et des persécutions d’une violence inouïe, sans commune mesure avec ce qui existe en occident. La vision des partisans du politiquement correct est donc toujours à géométrie variable, outre qu’elle semble procéder par raccourcis dus à une profonde méconnaissance de l’histoire ancienne ou de la réalité du monde actuel. C’est ce qui s’appelle de la manipulation idéologique, et en cela elle s’apparente à de la propagande déguisée, à une sorte de novlangue orwellienne. Que les gens des siècles futurs verront sans doute comme une aberration de l’histoire.

  • « Un ordre ancien qui fut dominé par des mâles blancs »… Comment peut-on écrire de telles inepties ? Et les « mâles arabes » ? Et les « mâles noirs » ou autres ? Cette phrase est par définition raciste, d’autant que l’Occident est l’endroit sur terre où la condition féminine est de très loin la meilleure. Idem pour la condition des homosexuels. L’allusion à Le Pen est abusive et malhonnête, car en France une partie de la gauche pourfend le politiquement correct (cf Charlie Hebdo) et les Juifs sont les premiers à dénoncer le politiquement correct comme faisant le jeu des antisémites. Donc c’est le monde à l’envers. Par ailleurs citer Michel Foucault ou Derrida comme des références a de quoi faire sourire : il a été amplement démontré que ces deux « penseurs » font partie des pires imposteurs intellectuel du vingtième siècle. Les citer en 2019 montre à quel point le « politiquement correct » est lui-même une imposture navrante.

  • Wish that I could respond in French.

    First, it is not surprising that once again M. Sorman has taken the opportunity to denigrate President Trump who, he states, attacks « political correctness in order to mask » his archaic prejudices. Which prejudices precisely? Apparently, the author is unaware of–or ignoring–the fact that the openly gay Ambassador to Germany (appointed by Trump) this month is seeking to spearhead a movement to « decriminalize homosexuality worldwide. » Has such a thing happened before this time? I think not. Archaic prejudices indeed! But, Sorman’s opinion of Trump is not the most egregious suggestion in the article.

    The « French thinkers popular on the East Coast » notwithstanding, political correctness easily leads to a lack of precision. It places a straightjacket on the thinkers of the world; it puts braces on their brains. Can one really desire a society where the absolute criterion of speech should be « never to harm or offend another person? » How could the thoughts conceived and expressed during the Enlightenment, the Renaissance or even the 13th century Thomistic revolution ever have been allowed. Surely, many of the ideas of these periods offended some people! We are residing in a Dark Age. In the United States of America there is a legal term for those who live in the country unlawfully. While they have been called « illegal aliens » until now, there is movement to change the term to « undocumented immigrants. » It would be helpful if M. Sorman would explain to me how the words of the first phrase « can hurt. » Both words of the term are amply demonstrated as descriptively legitimate in the Oxford English Dictionary!

    Finally, I am delighted that the author awaits criticisms « with serenity. » However, he should be careful when he uses such an adjective–one often used by royalty. M. Sorman » may « harm or offend » some anti-royalist!!!!!!

    Bill Grealish

  • Une lecture poussée du discours des partis démocrate et républicain américains permet de se rendre compte qu’il n’existe aucune différence de fond entre les deux. Tous les deux prônent une idéologie identitaire, communautaire et racialiste–donc raciste. La seule différence entre les républicains et les démocrates c’est que les premiers sont complaisants envers les suprémacistes blancs et les seconds envers les suprémacistes noirs. Bilan : zéro partout. En matière de nationalisme, de xénophobie (la phrase « la Russie n’est qu’un petit pays » d’Obama est du Trump tout craché) et de francophobie, il n’existe aucune différence notable entre les deux partis. Partis qui adhèrent au même vieux puritanisme anglo-saxon, qui après avoir reculé dans les années 60, 70 et 80, fait un retour en force depuis 20 ans. Les républicains favorisent l’exploitation du pétrole et les démocrates celle du gaz de schiste. Bilan équivalent là aussi. En matière d’économie et de droits sociaux, les différences sont minimes. Ces deux partis sont en fin de compte les deux faces de la même médaille. Ni plus ni moins.

  • L’auteur écrit sans rire « un noir n’est noir que dans le regards des blancs » et ajoute qu’il s’agit « d’un constat irréfutable ». Il faut en déduire que l’auteur n’a jamais mis les pieds en Amérique du Nord ou en Europe, qu’il n’a jamais entendu des gens se dire « fiers d’être noirs », et qu’a fortiori il ignore l’existence des suprémacistes noirs, New Black Panthers, Nation of Islam, Tribu Ka, etc. qui prônent ouvertement (je cite) la « supériorité de la race noire ». Ou alors cet article a été écrit en 1949, pas en 2019. C’est sans doute la bonne explication.

  • Le but du politiquement correct est d’imposer à la société un mode d’expression simpliste et stéréotypé rendant impossible toute compréhension de la complexité du réel.

    « La novlangue était destinée non à étendre mais à diminuer le domaine de la pensée, et la réduction au minimum du choix des mots aidait indirectement à atteindre ce but. »
    George Orwell, « 1984 »

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related