Je m'abonne

L’urinoir de Marcel Duchamp fête ses 100 ans

Il y a cent ans, un Français de vingt-neuf ans choquait le tout New York. Fontaine de Marcel Duchamp, icône de l’art moderne, sera exposée au Philadelphia Museum of Art jusqu’au 3 décembre. Entretien avec Matthew Affron, conservateur de l’exposition.

France-Amérique : Quel est l’objectif de l’exposition Marcel Duchamp and the Fountain Scandal ?

Matthew Affron : Nous avons voulu mettre en lumière ce qui est sans doute le plus grand scandale de l’histoire de l’art moderne. Fontaine est le premier objet produit en série inscrit dans une exposition d’art. Nous avons tenté de raconter le questionnement qu’a suscité cette œuvre et l’imagination dont a fait preuve le public pour comprendre son message. L’urinoir original ayant été perdu à la fin de l’année 1917, l’exposition montre plusieurs copies certifiées, des photos et différentes miniatures datant de la fin des années 1930 — notamment celles créées pour La Boîte-en-valise, une valise en cuir transformée par Marcel Duchamp en cabinet de curiosité portatif.

Qu’est-ce qui fait de Fontaine une œuvre si emblématique ?

Imaginez… En 1917, la Société des Artistes Indépendants, dont Marcel Duchamp est membre, organise sa première exposition d’art moderne. Créée sur le modèle de la société française du même nom, son objectif est d’exposer des d’artistes d’avant-garde. Moyennant un droit d’entrée de six dollars, chacun est libre d’exposer son travail sans aucune restriction esthétique. Duchamp crée alors anonymement Fontaine, un urinoir signé d’un nom imaginaire, « R. Mutt ». La Société des Artistes Indépendants refuse l’objet qu’elle juge « immoral et vulgaire » et trop éloigné des canons artistiques. En a découlé un profond questionnement des artistes sur la définition-même de l’acte créatif.

MarcelDuchamps-fountain-art-exposition

Société des Artistes Indépendants, New York, 1917. ©Philadelphia Museum of Art

En 2017, que reste-t-il du travail de Marcel Duchamp ?

Duchamp a élargi la boite à outils des artistes en y intégrant des objets du quotidien. L’assemblage et le collage, très populaires aujourd’hui, sont des techniques qui utilisent des matériaux du réel —des morceaux de plastiques ou des coupures de journaux par exemple — pour créer un monde abstrait. Les artistes n’hésitent plus à incorporer des objets du quotidien dans leurs œuvres : Scott Gundersen utilise des bouchons de liège, les artistes Margaret et Christine Wertheim mettent en scène des déchets plastiques et Coille Hooven de la vaisselle en porcelaine. C’est amusant de penser que c’est un urinoir qui a ouvert le bal il y a cent ans !

Marcel Duchamp and the Fountain Scandal
Du 1er avril au 3 décembre, 2017
Philadelphia Museum of Art
www.philamuseum.org

  • « For a six-dollar ticket, anyone could exhibit their work with no aesthetic restrictions. Duchamp decided to anonymously create Fountain, a urinal bearing the imaginary signature of a certain “R. Mutt.”  »
    Since society, the SIA had no obligation whatsoever to show anything he submitted. Try reading the catalogue: that would be start, but you’ve a long way to go..

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related