Subscribe

Bernard-Henri Lévy, un « ennemi public » à New York

Du 26 au 28 février, New York University accueille la première édition du Festival of New French Writing, un cycle de rencontres littéraires entre auteurs français et américains, imaginé par Culturesfrance, mis sur pied par le journaliste français Olivier Barrot et l’universitaire américain Tom Bishop, et coorganisé par les services culturels de l’ambassade de France.

Olivier Rolin et E.L. Doctorow ont été choisis pour donner jeudi 26 février le coup d’envoi du festival, qui accueillera également Bernard-Henri Lévy, Frédéric Beigbeder ou encore Marie Darrieusseq, côté français. Côté américain, on retrouvera Adam Gopnik, Edmund White ou encore Philipp Gourevitch.

Retrouvez chaque jeudi sur france-amerique.com, un entretien ou un portrait exclusif de l’un des invités. Cette semaine, le philosophe Bernard-Henry Lévy.

À découvrir également, le face-à-face Marie Darrieusseq/Adam Gopnik dans France-Amérique ce mois-ci. Pour s’abonner, cliquer ici.

Dans Ennemis publics, son dernier ouvrage coécrit avec Michel Houellebecq, Bernard-Henri Lévy se présente comme un écrivain mal aimé, mal compris, dont l’itinéraire et le succès provoquerait la jalousie aussi bien que la médisance. C’est un point de vue, le sien, que l’on est en droit de ne pas partager. Car comme Houellebecq, il n’a jamais cessé, depuis ses débuts, de recueillir au contraire la curiosité, sinon la bienveillance, des commentateurs et des lecteurs. Au point d’accéder au rang plus ou moins enviable pour d’intellectuels dignes de ce nom, de « people », aussi recherché des échotiers que les vedettes du show biz et du sport.

Pourtant, cette incontestable notoriété, voire cette célébrité plus que seulement française, masque le réel talent, le courage et l’originalité littéraires de l’écrivain. Lévy, soixante ans, se fait connaître à la fin des années 70 tandis que les sciences humaines à la française dominent le débat européen, sous l’autorité de maîtres prodigieux comme Barthes, Lacan, Levi-Strauss, Vernant ou Foucault. Se démarquant du marxisme encore dominant, Lévy conçoit une sensibilité, davantage qu’une école, dont il s’impose comme la figure tutélaire, porté par une éloquence et une élégance personnelles impressionnantes.

Un philosophe de terrain

Les « Nouveaux Philosophes »  occupent le devant de la toute récente scène médiatique, Lévy dénonçant efficacement les habitudes de pensée issues du matérialisme, aussi bien que les relents rancis d’une pensée française, à l’en croire, encore pénétrée par l’esprit de collaboration issu du régime de Vichy. Tout cela provoque, bouscule, séduit, énerve. D’autant que le même Lévy s’essaie au théâtre, au roman, bientôt au cinéma, avec des fortunes diverses, mais toujours un aplomb et un soutien mondain d’autant plus inébranlables qu’éditeur de revues et directeur littéraire avisé, il a remarquablement su organiser ses réseaux.

Mais Lévy n’est pas seulement un polygraphe doué. Journaliste, il entend comme Malraux enquêter sur le terrain, où il excelle, et par lequel il avait débuté au Bangladesh. Le grand reportage, auquel Albert Londres et Joseph Kessel ont donné ses lettres de noblesse est une vocation qui le pousse à traquer les terrorismes issus de l’extrêmisme religieux. Ce qui ne l’empêche nullement de réfléchir à Sartre, l’aîné, de voyager en profondeur au cœur d’une Amérique qu’il aime et craint de voir sombrer dans un vertige aveuglé, de soutenir la candidate socialiste aux élections présidentielles de 2007, quelles que soient ses réserves à l’endroit du parti que celle-ci représente. Bref, un citoyen-philosophe emporté dans son siècle, doté d’une capacité de travail et d’un engagement physique plutôt rares.

 

Infos pratiques :

Rencontre Lévy/Danner, le 27 février à 16h30, animée par Caroline Weber

Tishman Hall, NYU Law Shool

40 Washington Square South, NY, NY 10012

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related