Je m'abonne

Un géographe français sur les traces de La Fayette aux Etats-Unis

Identifier, cartographier et marquer de bornes les 8 000 kilomètres de la tournée d’adieu du marquis de La Fayette aux Etats-Unis. C’est l’objectif d’un jeune Français épris d’histoire et de géographie. Son projet a déjà reçu le support d’Emmanuel Macron et de la Maison Blanche et le Sénat du New Hampshire examinera ce jeudi son initiative.

Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, est une rock star aux Etats-Unis. Il n’a que 19 ans lorsqu’il arrive en Caroline du Sud en 1777 avec une cargaison de fusils à destination des insurgés américains. Il sera aide de camp de George Washington, major général à la tête de l’armée continentale et participera au siège de Yorktown en 1781. Un fait d’arme qui vaudra à l’officier français le titre de citoyen d’honneur américain et le surnom de « héro des deux mondes ».

C’est cependant une tournée d’adieu qui est à l’origine du culte dont La Fayette fait encore l’objet aux Etats-Unis. Entre juillet 1824 et septembre 1825, le héros de la Guerre d’indépendance visite plus de 400 villes dans vingt-quatre Etats, un périple de 8 000 kilomètres qu’il effectue en diligence, en péniche et en bateau à vapeur. Ces treize mois constituent « un moment clé », explique Julien Icher, fondateur et directeur du projet The Lafayette Trail. « C’est à partir de ce moment-là qu’on célèbre le nom de La Fayette aux Etats-Unis. »

Partout où il s’arrête, le général La Fayette — comme il se fait alors appeler — est accueilli dans la liesse, escorté par les fanfares et les vétérans, célébré et glorifié. On vend des statuettes à son effigie, des chopes de bière ornées de son portrait et on rebaptise des villes en son honneur. Le marquis donnera son nom à une université, dix-sept comtés, trente-six villes et un nombre incalculable de rues, avenues, jardins publics, lycées et théâtres. La Grange, le nom de son château en région parisienne, est aussi devenu un toponyme courant aux Etats-Unis.

3 septembre 1824 : petit déjeuner chez le gouverneur

Julien Icher a croisé le chemin de La Fayette en 2017, à l’occasion d’un stage au consulat de France à Boston. Il termine alors un master de géographie et de système d’information géographique à l’Ecole normale supérieure. On lui confie la mission de cartographier l’itinéraire du marquis en Nouvelle-Angleterre. Pour la journée du 3 septembre 1824, par exemple, huit points sont identifiés : accueil par le notable Isaac Goodwin à Sterling (Massachusetts), petit déjeuner chez le gouverneur à Worcester, accueil par le capitaine Howe à Leicester et discours du révérend Joseph Muenschner à Rochdale, pause à la Rider Tavern à Charlton, réception à la Porter’s Stage-house de Sturbridge, nuit à l’auberge Springs House à Stafford Springs (Connecticut). Et ainsi de suite.

 

L’itinéraire de La Fayette entre Worcester (Massachusetts) et Hartford (Connecticut) les 3 et 4 septembre 1824.

Toutes les pauses du marquis ne sont pas aussi bien documentées. Une horloge atteste du passage de La Fayette à l’académie militaire de West Point, dans l’Etat de New York, mais rien ne prouve qu’il a bien bu dans le verre qui est exposé dans une maison de Branford dans le Connecticut. « Il est nécessaire d’attester du sérieux de chaque source », explique Julien Icher. « Les informations foisonnent. Presque tous les jours, je découvre un document qui mentionne le passage de La Fayette dans telle ou telle ville, parfois un particulier m’informe qu’il possède des effets personnels de La Fayette. Je me déplace pour vérifier. »

Une entreprise à temps plein

L’historien de 25 ans, résident du New Hampshire depuis 2018, estime qu’il a déjà parcouru 24 000 kilomètres sur la piste de La Fayette. A mesure qu’elles sont authentifiées, les étapes du voyage apparaîtront en ligne sur une carte interactive. Le projet de stage est devenu une entreprise à temps plein, financée par l’agence Business France et une bourse de la Richard Lounsbery Foundation et des American Friends of Lafayette. Les recherches englobent désormais les vingt-quatre Etats visités par La Fayette, du Maine à la Louisiane et de la Géorgie au Missouri. Dans chaque Etat, Julien Icher plaide pour que l’itinéraire de La Fayette soit officiellement reconnu et identifié à l’aide de panneaux d’information. Le Congrès du Massachusetts a approuvé l’initiative en septembre 2018 et le Sénat du New Hampshire examinera une proposition de loi ce jeudi.

Le natif de Carcassonne compte achever sa mission avant 2024 et le bicentenaire de la tournée de La Fayette. Son projet a déjà reçu le support d’Emmanuel Macron — Julien Icher faisait partie de la délégation qui a accompagné le président lors de sa visite d’Etat à Washington D.C. en avril 2018 — et du gouvernement américain — il a discuté de l’idée d’une Route La Fayette nationale avec les représentants du National Park Service. Il planche également sur un livre en français et en anglais, récit de son expérience sur les traces de La Fayette aux Etats-Unis et une lecture historique de cette tournée d’adieu et de son influence sur le pays. Et après ? « C’est important de forger cette relation franco-américaine et de la transmettre aux futures générations. Des programmes d’interprétation du patrimoine à destination des élèves, des professeurs et autres passionnés d’histoire seront bientôt disponibles via une application mobile. »

  • This is very exciting! I’m a francophone from Maine and a fan and student of the Marquis. My home town is Biddeford, and I discovered where the Marquis spent 2 nights there. The house still stands and is the offices of Derring Lumber. There was a plaque outside a church in Biddeford, but sadly is was since torn down, but I would love to learn more!

  • « [A] shipment of rifles »? I don’t mean to be picky but I believe the device which propelled bullets in 1777 was actually called a musket. Just saying.

  • A great project!! Thanks so much for undertaking this. From a high school French teacher in Arizona with French heritage dating at least to the French Revolution. My paternal ancestors were on the side of the Revolution in France, and my maternal ancestors fought in the American Revolution.

  • Although the majority of military flintlock long arms in those days were indeed smoothbore muskets, as they could be loaded faster for getting off volleys quicker, our frontiersmen at Kings’s Mountain defeated the British with their rifles — barrels grooved for accuracy for hunting. And yet true rifled weapons were beginning to appear on the scene for military purposes and Rev. War British officer Ferguson invented one of those that met with some success.
    Bienvenue, Julien.

  • I have a book published by my great uncle, J. Alexis Shtiver, entitled “Lafayette in Harford County. » He stayed at the Shriver homestead in Olney, MD (Harford County).

  • I was delighted to see this! I did a Junior Year Abroad in Aix-en-Provence in 1963-64 and met and married a French Lady. I later practiced law (International Arbitration) for five years in Paris (1987-1991). The Marquis de Lafayette has always been my favorite person (aside from Washington, of course) in our Revolutionary War, in which my ancestors fought. They knew both Washington and Lafayette, having joined Washington in the New York siege and all the way through Yorktown.

    Now one of my sons lives in Auvergne with his family and only approximately 30 kilometers from the place where Lafayette grew up, which I have visited several times. For years I thought of him every day as my law office in Washington, DC was near Lafayette Park, in front of the White House, which I passed each day. One year, at Washington’s Birthnight Ball at Mount Vernon on February 22 another gentleman dressed as and played Washington while I dressed as and played Lafayette.

    What great memories you bring back.

    When you come to Washington, look me up.

    David J. Taylor
    (202) 957-0904
    taylor.davidj@gmail.com

  • There is a house that Lafayette slept in which is located in Ringoes, New Jersey (Hunterdon County), doesn’t show up on the trail but it is a historic house with signage. It is called the Landis House, built in 1750 by Henry Landis. Lafayette stayed there as a patient of Dr. Gershom Craven. Perhaps this should be added too!

  • Louis XV a été lamentable en perdant quasiment tout l’empire français aux mains de l’Angleterre. Louis XVI n’est pas honoré à sa juste valeur puisque le seul fait qu’il a décidé d’aider lourdement la nouvelle république américaine à briser les liens avec la mère-patrie pèse encore dans les liens d’amitié entre les 2 républiques. La Fayette a très honorablement accompli la mission que Louis XVI lui avait confié.

  • What a wonderful quest! We love the Northeast as well as the history of Marquis Lafayette. We will be interested to hear more! All the best!

  • La ville de Warrenton, VA dans le comte de Fauquier a celebre le 175 anniversaire de la visite de Lafayette et organise des activites culturelles. Des eleves de francais et d’histoire y ont participe avec l’aide des ecoles et du gouvernement local. Nous avons eu un echange avec les ecoles de Chavaniac en France et avec le lycee Lafayette de Brioude. Contactez-moi si vous avez besoin de details.

  • Auguste Levasseur, secrétaire de Lafayette qui l’accompagna durant son dernier voyage en 1824 et 1825, publia un journal de cette visite. Il y a plusieurs années, lorsque j’habitais le Delaware, j’avais assisté à une présentation à l’Alliance Française de Wilmington du livre traduisant ce journal par Alan R. Hoffman, alors résidant au New Hampshire. Cette traduction terminée en 2006 avait été un labeur de 3 années par ce traducteur. J’ai encore ce livre « Lafayette in America in 1824 and 1825 ». Il avait été publié par Lafayette Press à Manchester. Comme Julien Icher a résidé au New Hampshire, il le connaît sans doute. Je le signale au cas où d’autres personnes seraient intéressées à la lire.

  • Moi-même passionnée d’histoire, je suis fascinée par votre entreprise. J’aurais été ravie d’en faire partie. Belle aventure !!

  • Please let me know if you would be in the Atlanta, Georgia, area. I live in Fayetteville, Georgia, and am the immediate past president of the Marquis de Lafayette Chapter Georgia Society Sons of the American Revolution. My French ancestor Lt. Armable Boileau joined the Second Canadian Regiment during the American invasion of Quebec. His unit served twice under the command of General LaFayette, Vermont in 1779 and at Yorktown.

  • In Cheraw, South Carolina, there is a home known as the Lafayette House because the Marquis lodged there.. It is still owned by descendants of the original family. I would be fascinated to see this on your historical tour.

  • Bonjour Julien,
    I’m still pursuing as much history of Lafayette and his integral part of the Revolutionary War. Congratulations on the successful legislative effort on MA. I know the original start of the Lafayette Trail in MA began in Hinsdale. Were you able to find any connection to his visit there, or why the former origin of the trail was designated there?

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Related