Je m'abonne

Les noces du sacré et du contemporain

Depuis les années 1960, l’Eglise de France fait de plus en plus souvent appel à des artistes contemporains, croyants ou non, français ou non, dans le cadre de travaux de rénovation ou de commandes publiques. L’occasion pour l’Eglise de présenter un visage moderne et éclairé, et pour les artistes, de se mesurer à un espace riche de symboles et d’histoire.

Les cloches de la cathédrale sonnent à toute volée et résonnent à travers l’édifice néogothique. Sur l’estrade immaculée, les projecteurs baignent d’un halo blafard son corps sans vie. La tête inclinée sur son épaule droite, les bras en croix, le torse et les poignets ceints de sangles de cuir, le Christ est assis sur une chaise électrique. Sous la couronne d’épines, ses yeux sont éteints.

Réservé aux abonnés

Pour accéder à cet article,
identifiez-vous ou abonnez-vous à France-Amérique.

Related