Télé

La chaîne qui sème la culture francophone aux Etats-Unis

Produit dans un studio du 17e arrondissement de Paris, TV5MONDE est le troisième plus grand réseau mondial de télévision avec MTV et CNN. La chaîne publique participe du rayonnement de la langue française et des cultures francophones dans 200 pays à travers le monde, notamment aux Etats-Unis.
[button_code]
La chanteuse Angélique Kidjo, porte-voix de la francophonie, présente 21e Siècle sur TV5MONDE, une émission de reportages coproduite avec l’ONU. © Bex Singleton

A Los Angeles, la chanteuse franco-béninoise Angélique Kidjo reçoit le Grammy Award du meilleur album de World Music. A New York, le trio de jeunes Françaises L.E.J. enflamme un club de Greenwich Village et le rappeur parisien MHD, précurseur de l’afro trap – un mélange de rythmes africains et de textes en français –, fait ses débuts américains dans la cour du musée MoMA PS1 dans le Queens. Diffusé cet été sur la chaîne TV5MONDE, l’émission spéciale musique de Rendez-vous d’Amérique est aussi énergique qu’éclectique. Depuis 2010, le magazine sillonne les Etats américains, de New York à la Californie en passant par le Michigan et la Louisiane, et met en lumière l’actualité culturelle francophone. Présenter les multiples visages de la francophonie et diffuser la langue française à travers le monde, c’est la mission de la chaîne de télévision publique TV5, regardée par près de 297 millions de foyers à travers le monde – et un million de téléspectateurs aux Etats-Unis, où la chaîne est disponible via satellite depuis 1998.

La chaîne TV5 est née au début des années 1980. Les télévisions francophones européennes cherchent alors à étendre leur marché et diffuser à l’étranger leurs productions audio-visuelles respectives. Sous l’impulsion du ministère des Affaires étrangères français, les chaînes TF1, Antenne 2 et FR3 s’associent avec la Radio Télévision Suisse (RTS) et la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) pour mutualiser une partie de leurs programmes. TV5 commence à émettre le 2 janvier 1984, d’abord trois heures par jour, en France, puis aux Pays-Bas. Avec le développement de la télévision par satellite, la chaîne accroît son aire de diffusion : l’Afrique, l’Amérique Latine et les Caraïbes en 1992, le continent asiatique et le Pacifique en 1996, le Maghreb et le Moyen-Orient en 1998.

TV5 est détenue à 49 % par la société France Télévisions, opératrice entre autres de cinq chaînes publiques françaises. Egalement au nombre des actionnaires, les réseaux belge (11,11 %) et suisse (11,11 %), ainsi que Radio-Canada (6,67 %) et Télé Québec (4,44%). Renommée TV5MONDE en 2006, la chaîne émet aujourd’hui en continu et sans publicité dans deux cents pays et territoires.

Les Etats-Unis, où 55 % des abonnés de la chaîne ne parlent pas français, bénéficient d’un statut particulier. Le pays est le seul à posséder sa propre antenne, lancée en 2001. Perçue lors de son lancement comme une chaîne « ethnique », s’adressant aux seuls Francophones, TV5MONDE USA touche aujourd’hui un large public d’Américains amoureux de culture française. Le « fleuron » de l’entreprise, TV5MONDE USA est disponible par abonnement sur l’ensemble du territoire via les principaux opérateurs câble et satellite américains. Dans les foyers francophones historiques du Maine et de la Louisiane, TV5 fait partie du bouquet de chaînes de base.

« Une vitrine à l’étranger »

« Plus qu’un producteur, nous sommes avant tout un diffuseur », rappelle Patrice Courtaban, le responsable de la chaîne aux Etats-Unis. Trente-cinq pour cent des programmes diffusés par TV5 aux Etats-Unis sont fournis par les médias partenaires : les journaux télévisés de France 2, de la RTBF et de Radio-Canada, l’émission de reportages Envoyé spécial ou encore les jeux télévisés Des chiffres et des lettres et Fort Boyard. Installés dans un bureau de West Hollywood, en Californie, les sept employés de TV5MONDE USA sont essentiellement chargés de l’acquisition des programmes et de la négociation de leurs droits de diffusion sur le territoire américain. Si certaines émissions sont tournées aux Etats-Unis – comme le magazine culturel Rendez-vous d’Amérique ou les reportages consacrés aux Francophones de Louisiane et du Maine, diffusés lors d’un week-end spécial chaque année –, la production et la diffusion de l’ensemble des programmes sont assurées à Paris. « Le but premier de TV5 est d’être une vitrine à l’étranger pour les films, les séries et les documentaires produits dans les pays membres. »

TV5 est le premier diffuseur de films francophones aux Etats-Unis. Trois nouveaux films programmés par semaine et un catalogue de 130 films disponibles à la demande. Une grande partie de la production cinématographique française est diffusée sur TV5MONDE, fait remarquer le responsable de la chaîne. Des cycles de films québécois, belges ou africains sont aussi créés chaque année. « Netflix est un important diffuseur de films internationaux aux Etats-Unis, mais ils misent de plus en plus sur des productions américaines originales », poursuit-il. « TV5 reste un partenaire solide sur lequel peuvent compter les distributeurs francophones pour la diffusion de leurs films. » L’accompagnement des films français aux Etats-Unis passe aussi par les nombreux festivals de cinéma – à Seattle en octobre, à Miami en mars ou encore à Newport Beach en avril –, où la chaîne est présente en tant que partenaire.

Pour satisfaire les attentes d’une audience qui mêle Français expatriés, Américains francophiles et Francophones du monde entier, la chaîne TV5MONDE offre une programmation qui fait le grand écart entre les films de la Nouvelle Vague et les dernières comédies à la mode. « Nous proposons trois nouveaux films chaque semaine : un film classique, un film sur le patrimoine, l’histoire ou les arts, et un film sorti dans l’année. » De manière à proposer un film de première partie de soirée aux trois fuseaux horaires américains, enfin, chaque film est diffusé deux à trois fois par mois, à une heure différente. Un film diffusé à 20h30 à New York (17h30 sur la côte ouest), par exemple, sera programmé deux semaines plus tard à 22h30 à San Francisco (1h30 sur la côte est). Une stratégie visiblement efficace : la cinéphilie motive 70 à 80 % des abonnements à TV5MONDE USA.

« Les enfants sont les Francophiles de demain »

TV5 diffuse des programmes culturels en français, sous-titrés en anglais, sur l’ensemble du territoire américain et dans près de mille hôtels, mais son service à la langue française ne s’arrête pas là. Sur son site web, la chaîne offre une aide à l’enseignement et à l’apprentissage du français : une série de fiches pédagogiques, triées par niveau (de l’initiation au français jusqu’aux cours à destination des professionnels) et par thème, à réaliser avec le support des programmes de la chaîne.

A partir d’un clip musical sur Le Petit Prince, les élèves débutants apprennent à décrire un animal. S’appuyant sur une interview de Simone de Beauvoir, les étudiants de niveau intermédiaire s’interrogent sur l’histoire du mouvement féministe. Les ressources pédagogiques de TV5MONDE accompagnent « plusieurs milliers d’apprenants du français » aux Etats-Unis, en ligne, dans les cours des Alliances Françaises mais aussi dans les écoles publiques américaines.

En Louisiane et dans l’Utah, TV5 a équipé les établissements d’immersion bilingue d’un récepteur satellite et d’un magnétoscope numérique. Les enseignants ont accès aux émissions de la chaîne pour organiser des activités avec leurs élèves. « Les ressources offertes permettent de faire des comparaisons culturelles entre la culture française et la culture américaine », apprécie Anne Lair, l’une des responsables du programme d’immersion en français à Salt Lake City. « Une activité récente portait sur la crise des migrants : ça a permis d’expliquer la guerre en Syrie et de faire le lien avec la politique sur l’immigration aux Etats-Unis. »

TV5MONDE a adapté son programme pédagogique sur TiVi5, sa chaîne enfant, lancée aux Etats-Unis en 2012. Les activités d’initiation à la langue française s’appuient sur des dessins animés, des séries et d’autres programmes ludiques. Pour pérenniser la chaîne et l’ancrer aux Etats-Unis, il faut qu’elle s’adresse très tôt aux jeunes générations, explique Patrice Courtaban. « Le français reste numéro deux dans les écoles, derrière l’espagnol : l’engouement est réel ! Les enfants sont les Francophiles de demain. »


Article publié dans le numéro de septembre 2016 de France-AmériqueS’abonner au magazine.