Subscribe

Orelsan, le « Eminem d’Alençon » au cœur d’une polémique en France

Aurélien Cotentin dit Orelsan est le dernier enfant terrible du rap français. Son concert prévu samedi au Printemps de Bourges, a failli être annulé à la suite de la polémique provoquée par l’un de ses morceaux datant de 2007. Son 1er album Perdu d’avance, disponible depuis février, fait quant à lui fureur dans l’Hexagone. Gagnez* des albums d’Orelsan avec France-Amérique.

Orelsan vient de Basse-Normandie et assume pleinement sa différence sur l’échiquier du rap français. Si son 1er album, Perdu d’avance, est disponible depuis février, c’est sa chanson « Sale pute », datant de 2007, qui a créé la polémique ces dernières semaines. Pour certains, il incarne une génération incomprise et en manque de repères, pour d’autres il incite simplement à la violence gratuite. France-Amérique a joint par téléphone l’artiste, qui a vécu un an aux États-Unis, pour une interview-vérité.

France-Amérique : Votre chanson « Sale pute » a provoqué la colère de blogueurs et vous a valu l’indignation de la classe politique française. Valérie Létard, secrétaire d’État, pense proposer une loi contre les insultes sexistes. Comment vivez-vous cette polémique ?

Orelsan : Avec frustration. Je n’ai pas d’autre choix que celui de me défendre et de sans cesse répéter qu’il s’agit d’une œuvre de fiction. Le but du morceau était de symboliser en texte et image la manière dont un être humain peut passer, en une fraction de seconde, de l’amour à la haine. Il ne s’agit en rien d’une incitation à la violence envers les femmes, et encore moins d’une opinion personnelle. J’aurais aussi très bien pu aborder le sujet sous un angle féminin. Le clip a fait réagir, je pense, des gens qui ne semblent pas aller sur Internet, ou qui ne savent pas ce qu’on y trouve réellement. Les paroles de ma chanson ne sont en rien comparables aux images de l’exécution de Sadam Hussein. Or elles, sont disponibles 24/24 en libre accès sur le web. C’est insensé !

F-A : Votre « personnage » envisage tout de même divers sévices conjugaux envers sa petite amie adultère. Comprenez-vous l’indignation des mouvements féministes qui jugent vos textes dégradants et outranciers ?

O : Je me doutais bien que ça titillerait certaines personnes, mais je n’ai jamais pensé que cette vieille chanson serait à la base d’une affaire d’État. Je suis stupéfait et regrette ce malentendu inutile, qui me vaut des annulations de concerts. Pour tout vous dire, ça a débuté lorsqu’une association de blogueuses s’est aperçue que j’étais programmé au festival du Printemps de Bourges. Elles ont cru que j’allais y interpréter le morceau, alors qu’en vérité je ne l’exploite plus sur scène depuis belle lurette. Mieux, il n’apparaît pas sur mon album. Un simple coup de fil à ma maison de disque leur aurait suffit pour le savoir. Tout le monde m’attaque et y va de son petit commentaire. Il est facile de prendre des phrases sorties de leurs contextes et d’ensuite s’ériger en avocat défenseur de la morale et de la bienséance.

F-A : Certains médias français vous comparent au rappeur américain Eminem. L’appellation « White Trash » correspond-elle à votre univers musical ?

O : Non, le mouvement « White Trash » est très éloigné de ma réalité et je n’aime pas cette appellation. Elle ne fait pas partie de mon vocabulaire. La comparaison avec Eminem est flatteuse, mais il y a d’énormes différences dans nos vies, même s’il est vrai qu’on peut trouver des similitudes artistiques. Par exemple, le fait d’user d’humour, d’ironie et de dérision pour décrire une génération sans but précis, qui boit, fume et fait des conneries. Une génération sans tabous dont les vieux ne comprennent pas les codes.

F-A : Votre 1er opuscule s’appelle Perdu d’avance. Pragmatisme ou pessimisme ?

O : Un peu des deux en fait. J’ai choisi ce titre parce que, pendant longtemps, je n’assumais pas trop le fait de faire du rap, et aussi parce que je ne savais tout simplement pas quel concept mettre en avant. D’un côté on se dit que l’avenir est sombre, qu’on n’ira nulle part, et que ça ne sert à rien. Mais de l’autre, sachant que c’est « perdu d’avance », il nous faut en réalité nous surpasser et aller de l’avant.

F-A : Vous avez vécu au début des années 2000 aux États-Unis durant un an. Quels souvenirs gardez-vous de cette expérience ?

O : Beaucoup de bons souvenirs. J’ai vécu à Tampa Bay, en Floride. Cela m’a permis de m’imprégner du style de vie, très différent de celui que nous menons en France. Parallèlement à la fac, je bossais chez Chick-fil-A, une chaîne de restauration rapide. C’était durant le « French Bashing », à l’époque de la guerre en Irak et des mouvements anti-français. Certains Américains boycottaient les produits de chez nous, déversaient nos vins dans les rues et avaient renommé les « French fries » « Liberty fries »…Du grand n’importe quoi (rires) ! Je garde une mauvaise image des transports en commun américains. Dans le sud, contrairement à New York, pour se déplacer c’est la voiture ou rien du tout. Vu que je n’en avais pas, j’ai pas mal galéré et tourné en rond, sachant que le premier Wal Mart se trouvait à 10km, et que les belles plages de Floride étaient à une heure de marche de mon domicile (rires).

F-A : Avez-vous quelques anecdotes sur votre séjour ?

O : La chanson 50 pour cents qui figure sur mon album, est une histoire vraie. À l’époque je sortais avec une Américaine originaire de Trinidad. On se voyait la semaine et le week-end elle était avec son autre petit ami. Après trois mois, elle me dit qu’elle souhaitait qu’on coupe les ponts, n’assumant plus de tromper son mec. Quelques mois plus tard, elle réapparaît m’avouant avoir menti sur les raisons de notre séparation. Elle était enceinte et avait décidé de garder l’enfant, sans connaître avec certitude l’identité du père (…) L’autre anecdote est plus marrante. Je savais qu’il était interdit de consommer de l’alcool avant 21 ans, mais je pensais que c’était aussi bidon qu’en France, où personne ne respecte la législation à ce sujet. Je me baladais une fois dans la rue une bière à la main. J’ai été arrêté et amené à comparaître devant un juge qui m’a donné 480 $ d’amende, en plus des cours de prévention. J’étais loin de me douter que les Américains prenaient la chose aussi sérieusement (rires) !

F-A : En dehors de Tampa Bay, avez-vous eu l’occasion de visiter d’autres parties du pays ?

O : Pas vraiment. Je me souviens juste être descendu à Key West, une ville qui a accueilli les écrivains Ernest Hemingway et Tennessee Williams durant l’entre-deux guerres. Je me suis également perdu dans l’immense Miami, dans un quartier cubain, où les gens se demandaient ce que je faisais là. À vrai dire je ne connais que le sud des États-Unis.

F-A : Sur le titre « Peur de l’échec », qui clôture votre album, on retrouve Ron “Bumblefoot” Thal, le guitariste du groupe mythique Guns N’Roses. Comment s’est déroulée cette collaboration ?

O : Avant de me lancer dans le rap, j’écoutais beaucoup de rock. Nirvana, Rage Against the Machine etc, et bien sûr les Guns. J’aimais déjà le travail de Slash, avant que Ron Thal ne rejoigne le groupe. Je suis fan de solos de guitare et ce qui me plait chez Bumblefoot c’est sa technique. Il est époustouflant. J’avais envie de finir l’album d’une façon majestueuse étant donné les émotions que je partage sur le titre. Par chance, la personne qui distribue les disques de Ron Thal en France est un pote de Caen (ndlr, dont vient Orelsan). Je lui ai donc envoyé un mail, pour lui demander s’il accepterait de me faire un solo sur le morceau. Il s’est imprégné de mes paroles et de ma musique, et une semaine plus tard c’était dans la boîte. J’ai encore du mal à m’en remettre.

 

Lire aussi: Réactions de François Bayrou sur la polémique Orelsan


Gagnez* 5 albums d’Orelsan en écrivant à info@francetoday.com, en mentionnant vos noms, numéros de téléphone et adresses postales.

* Offre réservée à un public averti et valable seulement pour les résidants des États-Unis.

 

Infos pratiques :

Perdu d’avance d’Orelsan, disponible depuis février 2008

Concerts prévus en France le 25 Avril : *Printemps de Bourges, le 13 Mai : *Bataclan (Paris), le 22 Mai : *L’Affranchi (Marseille)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related